Ichimoku : les bases de l'indicateur d'analyse technique

  • Ichimoku : quel est cet indicateur boursier ?

Le système Ichimoku a été créé dans le but de compléter l’information disponible dans les chandeliers japonais. Ichimoku fournit une vision unique sur l’évolution des prix en se basant sur le passé, le présent et le futur. Du fait de sa versatilité, Ichimoku est bien plus qu’un indicateur et peut être assimilé à un système de trading complet. De plus, Ichimoku permet de déceler les niveaux clés de support et de résistance ayant agi par le passé mais également ceux qui agiront dans le futur. Ce système est connu pour un de ses composants inédit : le nuage. Le nuage du système Ichimoku permet de définir les zones d’équilibre et donne un rapide aperçu de la tendance actuelle. Ainsi, ce système est considéré comme un outil de tendance, et interdit la prise de position lorsque les cours sont à l’équilibre donc à l’intérieur du nuage. 

  • Que compose le système de trading Ichimoku ?

Le système Ichimoku est constitué de cinq lignes. Deux d'entre elles évoluent avec le cours présent, tandis que deux autres représentent la projection de l'équilibre du marché dans le futur (ces deux forment les limites du nuage). La dernière ligne est la projection du cours actuel à la clôture 26 périodes dans le passé et est considérée comme la mémoire du marché.

Source : xStation

Le Tenkan-sen (turning line) est la moyenne du  plus haut et du plus bas sur les 9 dernières périodes. Elle représente l’équilibre de court terme

La Kijun-sen (standard line) est calculée de la même manière, mais sur les 26 dernières périodes. Elle représente l’équilibre de moyen-terme.

Le Senkou-Span A (SSA) est la moyenne des lignes Tenkan et Kijun, projetée 26 périodes dans le futur.

Le Senkou-Span B (SSB) est la moyenne du  plus haut et du plus bas sur les 52 dernières périodes, projetée 26 périodes dans le futur.

Le nuage correspond à la zone entre le SSA et le SSB, qui est un des aspects originaux du système Ichimoku.

La Chikou-Span (Laggin span) est la ligne de prix (à la clôture) décalée de 26 périodes dans le passé. Cette ligne interagit avec les autres lignes du système mais également avec les cours présents, et passés.

  • Interprétation des composants Ichimoku

Le Tenkan-sen (turning line) : la pente de la Tenkan-sen nous indique la force de la tendance.

La Kijun-sen (standard line) : la Kijun agit comme un support ou une résistance. Le franchissement de la Kijun par les prix est un signal d’achat ou de vente, selon le sens de franchissement.

Le Senkou-Span A (SSA) : un signal important est donné lorsque les cours franchissent la Senkou-Span B pour sortir du nuage (les prix quittent la zone d'équilibre)

Le Senkou-Span B (SSB) : un signal important est donné lorsque les cours franchissent la Senkou-Span B pour sortir du nuage (les prix quittent la zone d'équilibre). La SSB est une importante zone agissant comme support ou résistance, notamment lorsque celle-ci est à l’horizontal (en pallier).

Le nuage : l'épaisseur du nuage nous donne également des indications : un nuage épais sera plus difficile à traverser qu'un nuage plus fin.

La Chikou-Span (Laggin span) : le Chikou-Span est considéré comme la mémoire du marché. Le but de cette ligne est de confirmer les signaux déclenchés par des franchissements de la ligne Kijun ou de la ligne SSB. La validation a lieu lorsque la Chikou-span ne dispose d’aucun obstacle à la hausse, en cas d’un signal d’achat, ou à la baisse en cas de signal de vente.

  • Ichimoku : signaux d'achat et de vente et gestion de position

Signal de vente 

Le signal le plus pertinent est donné lors d’un franchissement de la Kijun par les prix. Lorsque les cours franchissent la Kijun à  la baisse, nous pouvons interpréter cela comme un signal baissier et rechercher une confirmation de la Chikou-span. Si la Chikou-span n’a pas d’obstacle (cours passés, élément du système ichimoku), le signal de vente est validé et l’entrée en position peut avoir lieu.

Signal d’achat 

Lorsque le cours franchi à la hausse la  Kijun, nous pouvons interpréter cela comme un signal haussier et rechercher une confirmation de la Chikou-span. La Chikou-span est considérée comme un filtre dans le système de lecture Ichimoku. Cette dernière  confirme le signal s'il n'y a pas d'obstacle sur son chemin.

Gestion de position

Une fois le signal fourni par Ichimoku et que la position à l’achat ou à la vente est placée sur le marché, il reste à fixer un stop-loss et un take-profit (objectif). Afin de minimiser le risque il peut être judicieux de placer son stop-loss au point d’entrée, une fois que le cours que le cours est à mi-chemin de l’objectif.

Les composants de l’indicateur Ichimoku peuvent également servir de base à la gestion de position. En effet il est pertinent de placer un stop-loss aux alentours de la Tenkan, voire de la SSB.

  • La suite d’Hosoda 

Au début de l’entreprise de ses recherches en vue de compléter l’information disponible dans les chandeliers japonais, Goicihi Hosoda a consacré plus de 4 ans à l’étude des suites numériques orientales et occidentales. Cette étude poussée lui a permis de déterminer sa propre suite numérique, qui sera la base de tous ses travaux.

La suite de Goichi Hosoda est la suivante : 

9
17
26
33
42
65
76
129
172
200

Les 3 premiers chiffres de la suite d’Hosoda déterminent le système Ichimoku dans son ensemble. Ces chiffres sont parsemés dans toutes les théories développées par Goichi Hosoda. A titre d’exemple, les calculs de la Tenkan, de la Kijun  sont basés sur les 9 ou 26 dernières périodes.

D’une manière générale, une grande partie des chiffres composants la suite d’Hosoda sont liés entre eux mathématiquement :

9+17 = 26

26+17 = 42+1

33+9 = 42

33×2 = 65+1

42+33 = 76-1

65×2 = 129+1

129+42 = 172-1

Les trois premiers chiffres de la suite dHosoda sont les chiffres de base du sytème Ichimoku dans son ensemble.

9 : représente une « section »

17 : représente deux « sections »

26 : représente une « période »

Les paramètres du système Ichimoku sont issus de la suite d’Hosoda. Ceux utilisés dans le calcul de la Tenkan et de la Kijun sont le premier et le dernier chiffre de base de la suite d’Hosoda (9, 17, 26)

Source : xStation 5

  • Les piliers du système Ichimoku

Ichimoku repose sur 3 principaux piliers :

  • La théorie du temps (directement issue de la suite d’Hosoda)
  • La théorie des vagues
  • La théorie des prix

Ces 3 piliers associés à la théorie de base de l’indicateur constituent le système Ichimoku. Ainsi, l’activation des trois piliers permet de renforcer l’autosuffisance du système Ichimoku, qui fournit des signaux de trading avec validation, tout en facilitant grandement la gestion de position de par le caractère très visuel des niveaux clés qui agiront ou ont agi sur les cours en tant que support ou résistance.

  • La théorie des vagues 

La théorie des vagues a permis à son créateur de différencier les différentes oscillations de marché en les nommant selon leurs caractéristiques. La théorie des vagues de Goichi Hosoda se rapproche fortement de la théorie des vagues d’Elliot. Ainsi, les « Elliotistes » peuvent ajouter Ichimoku à leur processus d’analyse.

Vague en  « I » : Une seule impulsion rectiligne ou droite (normalement forte) haussière ou baissière sans mouvement correctif notable.

Vague en  « V » : Une vague composée de deux vagues “I” successives, une forte impulsion haussière suivie d'une forte poussée baissière, ou une forte poussée baissière suivie d'une forte impulsion haussière.

Vague en  « N » : vague up-down-up ou down-up-down. C'est le pattern de vague le plus couramment rencontré sur le marché.

Les vagues « N » sont les plus courantes sur les marchés et sont la base de toute tendance haussière. Ainsi, une tendance haussière peut être décomposée en une succession de vagues « N ». Les vagues « N » sont également omniprésentes dans le processus de formation de certaines figures chartistes, à l’image des triangles symétriques ou des formations en épaules-tête-épaule. Nous aborderons la théorie des vagues en complément des figures chartistes lors d’une prochaine section.

Il est important de maîtriser les vagues « N » pour deux principales raisons. Tout d’abord, comme évoqué précédemment, les vagues « N » sont les plus répandues sur les marchés. Ensuite, l’espérance de gain en cas de finalisation de la formation de la vague est relativement élevée, comparé aux autres vagues dénombrées par Goichi Hosoda. Seule la vague en « double creux » ou « double sommet » offre une espérance de gain supérieure à celle des vagues « N ».

Ci-dessous les vagues les plus courantes issues des recherches de Goichi Hosoda :

Vague « N »

  • Formation haussière 

  • Formation baissière 

Vague « Y »

  • Formation haussière 

  • Formation baissière 

Vague « P »

  • Formation haussière 

  • Formation baissière 

Vague « S »

  • Formation haussière 

  • Formation baissière 

Vague en double creux/sommet

  • Double creux 

  • Double sommet 

D’autres conditions  issues de l’indicateur Ichimoku viennent confirmer ce type de vagues. Comme indiqué précédemment, les vagues en double creux/sommet ont l’espérance de gain la plus élevée et de fortes probabilités de réalisation si toutes les conditions sont réunies. Nous détailleront les formations en double creux et double sommet lors d’une prochaine section.

La théorie des prix

La théorie des vagues aura donc permis à Goichi Hosoda de dénombrer les différentes formations récurrentes sur les marchés. L’analyse poussée de ces formations lui a permis d’en tirer des projections de prix, plus communément appelées projections d’Hosoda, permettant de définir des objectifs de prix suite à la formation d’une vague, notamment à la formation du point C sur l’exemple des vagues en « N » décomposées en A, B, C et un objectif final N.

Nous allons à présent déterminer le calcul des principales projections d’Hosoda selon le type de vague N, des vagues N qui se différencieront  par l’ampleur de la correction suite à la formation du sommet B (creux B pour une vague N baissière).

Projection N 

  • Formation haussière : La vague « i » baissière (BC) retrace près  de 50% de la 1ère  vague « i » haussière (AB).

Projection N = C + (B – A)

  • Formation baissière : La vague « i » haussière (BC) retrace près de 50% de la 1ère  vague « i » baissière (AB).

Projection N = C – (A – B)

Projection E 

  • Formation haussière : La vague « i » baissière (BC) retrace plus de 50% de la 1ère  vague « i » haussière (AB).

Projection E = B + (B – A) 

  • Formation baissière : La vague « i » haussière (BC) retrace plus de 50% de la 1ère  vague « i » baissière (AB).

Projection E = B – (A – B)

Projection V 

  • Formation haussière : La vague « i » baissière (BC) retrace moins de 50% de la 1ère  vague « i » haussière (AB).

Projection V = B + (B – C) 

  • Formation baissière : La vague « i » haussière (BC) retrace moins de 50% de la 1ère  vague « i » baissière (AB).

Projection V = B - (C – B)

Projection NT 

  • Formation haussière : La vague « i » baissière (BC) retrace moins de 50% de la 1ère  vague « i » haussière (AB).  BC  se formera dans sur un horizon de temps élevé.

Projection NT = C + (C – A)                        

  • Formation baissière : La vague « i » haussière (BC) retrace moins de 50% de la 1ère  vague « i » baissière (AB). BC  se formera dans sur un horizon de temps élevé.

Projection NT = C – (A – C)

Exemple : Dow Jones en H1

Tout d’abord, intéressons-nous aux bases de l’indicateur Ichimoku. Au cours du dernier mouvement haussier, deux signaux Ichimoku ont été activés. Tout d’abord, el franchissement de la Kijun par les prix précédant le point bas aux alentours de 22718 points. Ce signal n’a pas été validé par la lagging span qui au moment du signal d’achat s’apprêtait à rencontrer des obstacles de taille : un chandelier japonais baissier à long corps ainsi que la Kijun. Il est important de noter que la lagging span s’est repliée au contact de la Kijun, ce qui a correspondu au repli des cours au contact du haut du nuage (la SSA), avant de replier en direction du bas de ce dernier (la SSA).

Un second signal sera lui validé par la lagging span, et aura été activé au moment de la sortie du nuage par le haut. Concernant la gestion de position de ce type de signal d’achat, les différents paliers de SSB et de Kijun peuvent représenter des objectifs optimaux.

Nous allons à présent intégrer le raisonnement issu de la théorie de la vague et de la théorie des prix afin de compléter la vision classique de l’indicateur Ichimoku.

Tout d’abord nous allons déterminer les 3 premiers points de la vague ayant initié le dernier mouvement haussier. Le creux aux alentours des 22718 points sera notre A, le teste de la borne supérieure de notre nuage (la SSB) sera notre point B, et le teste de la borne inférieure sera notre point C. Les trois points A, B et C ayant été déterminés nous pouvons à présent appliquer les projections d’Hosoda disponibles sur la plateforme Xstation, ce qui permet de placer automatiquement nos projections NT, V, N et E.

Nous allons à présent déterminer le type de vague en cours de formation. La vague « i » baissière (BC) retrace moins de 50% de la 1ère  vague « i » haussière (AB), nous pouvons donc affirmer que le marché forme une vague « V ».

Projection V = 24075 points

La projection « V » a bien été atteinte, voire même surpassée. Après avoir marqué le point « V », une succession de vagues haussières en « i » a permis au marché de rallier la projection « E ». Chaque vague en « i » est allée validée la prochaine projection permettant ainsi une poursuite discontinue du mouvement haussier.

Une fois toutes les projections d’Hosoda validée par le marché, ces dernières restent valables. C Nous assistons donc à une inversion de polarité (résistance devenue support ou inversement).

Ainsi, l’application coordonnée des éléments que nous avons abordés permet une vision plus complète que celle offerte par l’indicateur Ichimoku utilisé indépendamment des piliers de la théorie. Pour l’heure, nous n’avons pas intégré la théorie des nombres et donc la dimension temporelle qui permettra d’exploiter au maximum le potentiel du système Ichimoku.

Avant d’aborder le dernier pilier, nous allons détailler d’autres formations et leurs projections respectives.