Déclin des producteurs d'uranium : correction ou changement de tendance ?

14:51 22 avril 2022

 

Hier, nous avons observé l'une des séances les plus dynamiques parmi les entreprises productrices d'uranium, la matière première qui est le composant de base du combustible nucléaire. Cependant, le marché manque toujours d'informations sur ce qui aurait pu être à l'origine d'un sell-off aussi soudain et important. Actuellement, les cours des sociétés productrices d'uranium en pré-marché se situent aux niveaux de clôture d'hier :

  • Hier, le cours des actions du plus grand producteur d'uranium de l'Ouest, Cameco (CCJ.US), a chuté de près de 10 %, le plus grand perdant étant le producteur américain Uranium Energy Corp, dont la baisse a atteint près de 17 % ;

  • Aucune information fondamentale n'a été publiée hier qui pourrait être à l'origine d'une baisse aussi radicale, de sorte que certains investisseurs à long terme pourraient l'interpréter comme une correction dans la tendance haussière croissante et chercher des occasions d'augmenter leurs positions.

  • Le secteur de l'uranium est toujours caractérisé par une très grande volatilité, et un nombre important de sociétés n'ont pas encore commencé l'exploitation minière et attendent des permis. L'affaiblissement du sentiment des investisseurs à l'égard des sociétés énergétiques hier a peut-être alimenté les baisses ;

  • Les actions des sociétés d'uranium ont récemment bénéficié d'une hausse dynamique de leur valorisation en raison des changements de politique énergétique en Europe et aux États-Unis causés par l'invasion russe et les politiques de réduction du CO2. Dans le même temps, la Chine et l'Inde, où un total de plus d'une douzaine de réacteurs sont actuellement en construction, ont l'intention d'étendre leur parc de réacteurs ;

  • L'administration américaine a annoncé hier le renflouement de six réacteurs nucléaires dont la fermeture était prévue. En raison de la situation difficile sur le marché de l'énergie et de l'efficacité des centrales nucléaires, les autorités américaines modifient la politique quelque peu restrictive à l'égard de l'énergie nucléaire après Tchernobyl et Fukushima. Les avantages du retour à l'énergie nucléaire ont été soulignés, entre autres, lors du forum mondial sur le climat COP26, auquel ont participé la quasi-totalité des dirigeants mondiaux importants, des hommes politiques et des représentants du secteur de l'énergie ;

  • Les producteurs américains d'uranium, dont le plus important est Uranium Energy Corp, ont fait un bond en avant face à l'embargo envisagé par l'administration Biden sur l'uranium russe et à l'inscription de l'uranium comme ressource stratégique dans la réserve nationale d'uranium. L'uranium transporté et enrichi en Russie ces dernières années a représenté la majeure partie de l'approvisionnement des États-Unis, alors que la production nationale de cette ressource a fait défaut, malgré de riches gisements dans les États du Wyoming ou du Texas ;

  • Uranium Energy Corp a annoncé hier qu'elle avait obtenu la livraison physique de 400 000 livres d'uranium dans le cadre d'un programme grâce auquel la société dispose déjà de 5 millions de livres de matières premières couvertes à un prix moyen de 38 dollars la livre. Au prix actuel de l'uranium, qui dépasse les 65 dollars, cela donne à la société une réserve stratégique et près de 125 millions de dollars de bénéfices non réalisés. L'entreprise n'a pas l'intention de vendre la matière première physique pour le moment car elle s'attend à des valorisations plus élevées ;

  • En 2022, UEC a conclu l'acquisition d'Uranium One Americas pour près de 120 millions de dollars en cash. Il s'agissait à la fois de la plus grande acquisition dans l'histoire des sociétés d'uranium aux États-Unis. Cela a donné à la société l'accès à sept projets dans le bassin de Powder River. Trois d'entre eux sont déjà entièrement autorisés et cinq autres dans le bassin de Great Divide. Ces zones contiennent des programmes d'exploration et de développement de la production. En outre, un rapport à la SEC a été publié il y a deux semaines, indiquant qu'UEC a atteint des gisements records dans le Wyoming ;

  • Une partie des projets miniers d'UEC peut être poursuivie en utilisant la méthode d'extraction d'uranium ISR "in situ", qui est considérée comme la plus efficace et la plus rentable pour les producteurs et les acheteurs. À ce jour, la plus grande entreprise mondiale en termes de production de matière première, Kazatomprom (KAP.UK), a accès à d'énormes gisements d'uranium où la matière première est extraite par la méthode ISR depuis des années. Une petite participation dans les mines kazakhes est également détenue par la société canadienne Cameco, qui publiera ses résultats financiers du premier trimestre 2022 le 5 mai.

 

Graphique d'Uranium Energy Corp (UEC.US), intervalle H4. L'action a augmenté de près de 150% au sommet depuis le breakout, mais hier elle a connu un sell-off dynamique qui a poussé le cours près du niveau psychologique des 5$, où se trouve la ligne de tendance. Le cours de l'action de la société a souvent eu du mal à franchir la barre des 5 $ dans le passé, et les volumes d'échanges les plus élevés se produisent dans cette zone, nous pouvons donc considérer ce niveau comme un support. Les baisses se sont arrêtées hier au niveau de retracement de Fibonacci à 38,2%, qui coïncide avec le cours de clôture de 5,10$. L'ouverture en dessous de ce cours pourrait creuser davantage la décote vers 4,20 $ et annoncer une correction plus longue dans le mouvement dynamique à la hausse. D'un autre côté, une séance de hausse pourrait signifier que la tendance dynamique pourrait se poursuivre conformément aux prévisions des analystes qui ont récemment relevé leurs objectifs de cours pour les sociétés d'uranium. Source : xStation5

 

"Ce contenu est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de l'article L321-1 du Code monétaire et financier. L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées. Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses risques et périls. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 76% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi."

Partager :
Retour
Xtb logo

Rejoignez plus de 935 000 investisseurs du monde entier