😷 La peur du virus revient sur les marchés 😷

14:14 26 novembre 2021

❗ Les craintes liées au virus reviennent sur les marchés avec la découverte d'un nouveau variant du Covid en Afrique du Sud

 

La nouvelle d'un autre variant du Covid, plus dangereux, a pris les marchés par surprise aujourd'hui. Les actifs à risque comme les actions ou les matières premières industrielles ont plongé, tandis que les valeurs refuges ont grimpé en flèche. Les investisseurs se sont une fois de plus tournés vers les "gagnants de la pandémie" et se sont détournés des compagnies pétrolières et de voyage. Les baisses des prix des actifs lors des précédentes vagues de pandémie ont été plutôt de courte durée, mais cette fois-ci, beaucoup dépendra de l'impact de la pandémie sur les perspectives de politique monétaire.

 

Découverte d'un nouveau variant du coronavirus en Afrique du Sud

Le nouveau variant du coronavirus qui est au centre de l'attention aujourd'hui a été découvert en Afrique du Sud. Alors que de nouveaux variants du Covid font surface de temps à autre, celui-ci semble différent car il serait beaucoup plus transmissible et beaucoup plus résistant aux anticorps. De plus, il est déjà répandu en Afrique du Sud et certains cas ont été signalés dans des pays asiatiques. Comme les traitements et les vaccins disponibles risquent d'être inefficaces contre cette souche, la menace de nouveaux confinements semble réelle. Sans compter que de nombreux pays, notamment en Europe et en Asie, ont déjà envisagé d'imposer des restrictions plus sévères pour lutter contre la récente flambée des cas.

 

Gagnants et perdants

L'ampleur des mouvements sur les marchés aujourd'hui est importante et il est facile de distinguer les gagnants des perdants dans cette situation. 

Le pétrole ainsi que les valeurs du secteur du voyage et de l'aviation sont les plus touchées. Cela ne devrait pas être une surprise, car l'absence de traitement efficace contre un nouveau variant pousserait probablement les gouvernements à imposer des restrictions de voyage afin d'enrayer ou au moins de retarder la propagation du virus. Les matières premières énergétiques, comme le pétrole ou l'essence, chutent de 5 à 6 % et le sous-indice Euro Stoxx 600 Travel and Leisure est également en baisse de 5 % sur la journée.

Les investisseurs fuyant les paris risqués, les valeurs refuges comme le franc suisse, le yen japonais ou l'or sont en hausse aujourd'hui. Les opérateurs boursiers, qui tentent de prendre de l'avance sur les annonces potentielles de confinement, tournent leur attention vers les "gagnants de la pandémie". Les sociétés de livraison de nourriture, les fournisseurs de logiciels pour "rester à la maison" ainsi que les valeurs médicales défient le sentiment baissier général et s'échangent à la hausse aujourd'hui.

 

Le pétrole continue de dégringoler de son pic post-pandémique, chutant de 5 % aujourd'hui. Le risque de nouveaux confinements, en particulier les restrictions sur les voyages, menace d'entraîner une nouvelle destruction de la demande de pétrole. Source : xStation5

 

Chute des matières premières : un soulagement de l'inflation ?

Les fortes baisses observées sur les marchés des matières premières, notamment le pétrole et les métaux industriels, pourraient laisser penser que l'inflation va se calmer. Cependant, la situation n'est pas si évidente. Rappelons qu'au début de la pandémie en 2020, les prix des matières premières ont également plongé. Si cela a permis de soulager quelque peu l'inflation dans un premier temps, les problèmes de chaîne d'approvisionnement résultant des confinements ont poussé les prix des produits de base à des sommets pluriannuels dans les mois qui ont suivi et l'imposition de nouvelles restrictions ne pourrait qu'amplifier ces problèmes non encore résolus. Il convient de noter que la première vague de pandémie a pris les marchés par surprise et que l'économie mondiale n'y était nullement préparée. La destruction massive de la demande de pétrole s'est traduite par une offre excédentaire considérable qui a fini par faire tomber les prix du pétrole dans le négatif pour la première fois de l'histoire. Aujourd'hui, la situation est différente. L'OPEP+ a défié les appels des États-Unis et d'autres pays à augmenter l'offre car elle s'attendait à ce que la pandémie s'intensifie en hiver et que la mobilité diminue. Il s'avère que les producteurs de pétrole avaient raison, même s'ils n'ont pas pu prévoir les nouveaux du virus, et semblent mieux préparés à la situation actuelle.

 

Si les prix des matières premières ont plongé au début des années 2020, toutes les pertes ont été récupérées en quelques mois. Source : Bloomberg, XTB

 

Leçons tirées de la deuxième vague pandémique et de la vague Delta

La chute des prix des actifs au début de 2020 a été sans précédent. Les investisseurs ont été complètement surpris par les confinements et se sont empressés de réduire les paris à risque comme si la fin du monde était proche. Toutefois, comme le monde a trouvé son chemin à travers la crise et que les marchés se sont rapidement redressés, les investisseurs ont été plus optimistes lors de la deuxième vague pandémique à l'automne 2020 ou de la vague du variant Delta au printemps 2021. Comme on peut le constater sur les graphiques ci-dessous, le Nasdaq-100 (US100), le DAX (DE30) et le Brent (OIL) ont connu des mouvements beaucoup plus faibles que lors du choc initial de la pandémie. De plus, ces marchés se sont presque entièrement rétablis dans les 30 premiers jours de bourse suivant le début de la deuxième et de la troisième vague pandémique. Bien sûr, cela ne signifie pas que l'histoire se répétera cette fois-ci, car il y a d'autres facteurs à prendre en compte. Le plus important étant de savoir si la situation obligera la Fed à retarder le resserrement de sa politique ou non. Néanmoins, les approches de type "fear-of-missing-out" et "buy-the-dip" étaient très courantes parmi les investisseurs depuis le début de la pandémie et ont fait de la baisse de la pandémie de bonnes opportunités d'achat sur les marchés.

 

Le DE30, l'US100 et le Brent (OIL) pendant les 30 premières séances de bourse de la deuxième vague de la pandémie. Source : Bloomberg, XTB

 

Le DE30, l'US100 et le Brent (OIL) pendant les 30 premières sessions de négociation de la vague du variant Delta. Source : Bloomberg

 

Nous vous informons que le registre des recommandations est disponible sur demande.

Avertissement : X-Trade Brokers DM S.A. fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations traitant des marchés ainsi que les analyses fournies ont été développées de manière fiable et avec un devoir de diligence raisonnable, sur la base de sources fiables et dignes de confiance, cependant elles le sont à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil ou une sollicitation d’investissement. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. X-Trade Brokers ne peut être tenue responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, à condition que X-Trade Brokers DM S.A. agisse avec diligence, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de positions sur son compte de trading.Toute personne agissant sur la base de ces informations le fait à ses propres risques. Aucune étude fournie ne tient compte des objectifs d’investissement spécifiques, de la situation financière et des besoins de toute personne particulière qui pourrait la recevoir.

Il est essentiel de noter que les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Accès à des CFD dont le risque de perte est limité au capital investi. Ces instruments présentent un risque extrêmement élevé de par l'utilisation d'un effet de levier.

Partager :
Retour