Les États-Unis vont-ils bloquer l'importation d'uranium russe ?

05:39 11 mars 2022

La liste des matières premières qui ne seront pas importées de Russie, publiée par le gouvernement américain, ne comprend pas l'uranium, du moins pour le moment. Toutefois, selon des informations émanant de l'entourage du président américain, la Maison Blanche envisagera d'imposer des sanctions à Rosatom, qui représente environ 35 % de l'uranium enrichi dans le monde et fournit du combustible aux réacteurs nucléaires européens. Rosatom coopère également avec l'Iran. L'Iran développe son programme nucléaire pendant plusieurs années, alors que les États-Unis veulent contrôler ce processus. L'administration Biden est actuellement en phase de consultation avec des experts nucléaires. De nouvelles mesures pourraient avoir un impact important sur l'industrie et les producteurs d'uranium. 

En 2020, près de 17 % de l'uranium importé aux États-Unis provenait de Russie, et près de la moitié du combustible nucléaire des réacteurs américains était importé des alliés russes, principalement du Kazakhstan. L'uranium enrichi est essentiel au fonctionnement des réacteurs nucléaires, dont les stocks de combustible sont reconstitués tous les ans et demi environ, de sorte que les fournisseurs d'énergie achètent généralement l'uranium bien à l'avance. Cela laisse espérer un fonctionnement ininterrompu des centrales nucléaires américaines, au moins dans un avenir proche.

Une interdiction des importations d'uranium russe pourrait apporter des avantages importants aux sociétés minières telles que Uranium Energy Corp (UEC.US), Cameco (CCJ.US) et Energy Fuels (UUUU.US). Il n'est donc pas étonnant que l'organisation des producteurs d'uranium américains "Uranium Producers of America" ait récemment demandé à Biden d'imposer un embargo sur les matières premières russes, avec des protestations simultanées de l'industrie nucléaire américaine. Le problème réside dans le fait que l'uranium extrait en Russie et dans les pays voisins comme le Kazakhstan est le moins cher et qu'il n'y a pas de concurrence sur les prix. 

Dans le même temps, les gisements d'uranium américains ne sont pas suffisamment exploités. La réaction de Kazatomprom (KAZ.UK), le plus grand producteur d'uranium du monde, est encore incertaine, bien qu'il y ait des spéculations selon lesquelles les Russes pourraient faire pression sur la société et limiter les exportations vers l'"Ouest". 

La pression pour reprendre et accélérer la production "domestique" d'uranium est maintenant évidente aux États-Unis. Plusieurs entreprises ont déjà indiqué qu'elles étaient prêtes à reprendre l'exploitation de mines dans le Wyoming et au Texas, à condition de recevoir des contrats à long terme.  L'Institut national de l'énergie (NEI) a exprimé son soutien au développement de l'industrie américaine de l'uranium.

"Les entreprises énergétiques américaines signent des accords d'approvisionnement en combustible avec un réseau d'entreprises et de pays du monde entier afin de réduire le risque de perturbations potentielles", a déclaré Nima Ashkeboussi, directeur de la sécurité des combustibles et des radiations au NEI.

Les récentes turbulences sur le marché de l'uranium ont eu un impact positif sur le cours des actions des producteurs d'uranium occidentaux, tels que Uranium Energy Corp et Energy Fuels, qui espèrent recevoir une aide gouvernementale pour reprendre leurs activités à grande échelle aux États-Unis.

L'action d'Uranium Energy Corp (UEC.US) a bondi de plus de 120 % depuis le début de l'attaque russe en Ukraine. Hier, les acheteurs ont réussi à maintenir le prix au-dessus du support local à 4,45 $, qui coïncide avec le retracement de Fibonacci à 23,6 % de la vague haussière lancée au début de 2020. Actuellement, le prix se dirige vers la résistance à 5,75 $, où se trouvent les sommets de novembre 2021. Source : xStation5

"Ce matériel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-à-d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifié). L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées. Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses risques et périls. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 80% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi."

Partager :
Retour