L’histoire du Bitcoin

Rubriques connexes:
Temps de lecture: 17 minute(s)
Le bitcoin est la plus ancienne de crypto-monnaies, et son histoire est fascinante. Dans cet article, nous vous présentons les informations les plus importantes sur le bitcoin.

Le concept d'une crypto-monnaie en tant que système de paiement électronique décentralisé a été développé dès les années 90 . En 1998, Wei Dai, programmeur et diplômé de l'université de Washington, a publié un essai dans lequel il présentait l'idée d'une monnaie numérique b-money. Le concept, décrit comme "un projet conçu pour un groupe d'utilisateurs anonymes, basé sur un mécanisme de paiements intraçables et d'exécution de contrats entre utilisateurs sans l'aide d'intermédiaires externes", ressemble étrangement au mécanisme du bitcoin. Quelle est l'origine de la crypto-monnaie la plus populaire ? Quelle est l’histoire du Bitcoin et quel sera son avenir ? Nous répondrons à ces questions dans cet article. 

Origine du Bitcoin

Le commerce sur Internet repose presque exclusivement sur les institutions financières qui servent de tiers de confiance pour traiter les paiements électroniques. Si ce système fonctionne assez bien pour la plupart des transactions, il souffre néanmoins des faiblesses inhérentes au modèle basé sur la confiance. Ce sont les premiers mots du manifeste intitulé "Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System" écrit par le déjà célèbre Satoshi Nakamoto. Sur moins de dix pages du document, il présente l'idée de créer un réseau décentralisé basé sur la preuve de travail des ordinateurs des utilisateurs individuels. Ce manifeste, publié le 31 octobre 2008, a jeté les bases non seulement d'un nouveau système de paiement décentralisé, mais aussi d'une alternative au marché traditionnel des capitaux, qui représente plus de 2 700 milliards de dollars (à la fin du mois d'octobre 2021). Le rôle clé de la confiance (ou plutôt de la méfiance) d'une société envers les monnaies fiduciaires a pu être observé quelques années seulement après la publication du manifeste de Nakamoto.

Histoire du Bitcoin

En janvier 2009, dès que le premier bloc a été miné, le réseau Bitcoin a commencé à fonctionner. Le bloc d'une valeur de 50 BTC, désormais connu sous le nom de bloc genèse, a été miné par Satoshi Nakamoto lui-même. Le client BTC, distribué à l'époque sous une licence open source, a permis à d'autres utilisateurs de rejoindre le réseau, et ensemble ils ont commencé à construire la blockchain Bitcoin. Cependant, c'est à ce moment-là que le premier problème majeur a vu le jour : comment évaluer la nouvelle monnaie virtuelle ? Bien que la première transaction ait eu lieu en janvier, ce n'est qu'en octobre 2009 que le premier véritable taux de change du bitcoin a été déterminé, à savoir exactement 1 USD pour 1309 BTC. À la fin du mois d'octobre 2021, cette quantité de bitcoins valait un peu plus de 81 millions de dollars américains ! Le taux de rendement que les premiers utilisateurs de bitcoins ont pu réaliser est donc colossal. Laszlo Hanyecz, qui a été la première personne au monde à utiliser le bitcoin dans une transaction commerciale, en a fait l'expérience de manière assez douloureuse. Le 22 mai 2010, le programmeur a acheté deux pizzas et a payé un montant égal à 10 000 BTC pour celles-ci. 

Un peu plus tôt, en février 2010, le tout premier portail a été créé pour permettre l'achat de bitcoins contre une monnaie fiduciaire. Bitcoin Market a été créé par un utilisateur du même forum de discussion sur lequel Laszlo Hanyecz s'est vanté de son achat. Toutefois, le portail n'a pas réussi à se faire reconnaître par un groupe d'utilisateurs plus large et a finalement mis fin à ses activités à la mi-2011 en raison de la fin de la coopération entre Bitcoin Market et PayPal - une société qui assurait la médiation des paiements pour les bitcoins achetés.

Mt. Gox, œuvre de Jed McCaleb, a fait l'objet d'une publicité beaucoup plus importante. En plus de permettre l'achat de BTC, cette plateforme maintenait un taux de change constant et fournissait des informations sur les prix maximum et minimum atteints en une journée et sur le volume quotidien généré. De nombreuses personnes considèrent Mt. Gox comme la première véritable plateforme d'échange de bitcoins. Le 6 mars 2011, McCaleb a vendu la plateforme à Mark Karpeles, qui a fait de Mt. Gox le plus grand centre d'échange de bitcoins sur Internet pendant des années. À cette époque, des équivalents régionaux de Mt. Gox ont commencé à apparaître. Le 27 mars, le Britcoin a été créé, permettant l'achat de BTC contre des livres sterling. Quatre jours plus tard, Bitcoin Brazil a été lancé, permettant aux résidents du plus grand pays d'Amérique du Sud d'échanger librement des bitcoins. Début avril 2011, BitMarket.eu a été lancé, permettant aux gens d'acheter des bitcoins contre des euros. En juillet de la même année, le portail WikiLeaks, suivi par d'autres organisations et associations, a commencé à accepter les bitcoins comme don. À cette époque, la capitalisation du bitcoin avait déjà dépassé 1 million de dollars et la première mine commerciale de bitcoins, Slush's Pool, avait atteint une capacité de 10 000 Mhash/s. Dans le même temps, 25 % de tous les bitcoins avaient déjà été extraits à la fin du mois de janvier 2011, et le nouvel actif a commencé à susciter l'intérêt des médias. Cependant, après avoir atteint un pic local à 32 USD, le prix du bitcoin a commencé à chuter pour terminer l'année phare de 2011 à environ 5 USD. Comme il s'est avéré plus tard, des ajustements de 80 à 90 % par rapport aux pics locaux allaient accompagner les acteurs du marché pendant les quelques années suivantes.

Développements futures

En février 2013, Coinbase a annoncé qu'un million de dollars de bitcoins avait été vendu en l'espace d'un mois seulement. Dès la fin du mois de mars, la capitalisation du BTC dépassait le milliard de dollars. Dans le même temps, le graphique de la crypto-monnaie affichait des augmentations prédominantes, devenues presque verticales au fil du temps. Le 10 avril 2013, le bitcoin atteint un pic alors historique à 266 dollars, marquant ainsi la fin du deuxième marché haussier. Après la chute de plus de 80 % du prix du bitcoin en l'espace de six jours seulement, de nombreuses personnes ont prédit la fin de l'invention de Nakamoto. Cependant, les mois qui ont suivi ont été marqués par une adoption croissante des crypto-monnaies.

Après que les autorités allemandes ont reconnu le bitcoin comme un moyen de paiement privé à part entière en septembre 2013, la situation graphique a commencé à ressembler à celle du premier semestre de l'année. Huit semaines seulement ont suffi pour que le bitcoin établisse un autre ATH - cette fois à 1242 USD. Cependant, selon l'une des hypothèses de l'analyse technique - l'histoire s'est répétée à nouveau et les hausses dynamiques ont été suivies de baisses non moins dynamiques. Le bitcoin gagnait en popularité non seulement auprès des amateurs de nouvelles technologies ou des spéculateurs qui espéraient une nouvelle hausse de son prix. En raison de ses caractéristiques, le bitcoin est également devenu extrêmement populaire parmi les criminels. En octobre 2013, le FBI a saisi environ 26 000 BTC à la suite de l'arrestation du créateur de Silk Road, le site Web le plus populaire de l'époque, qui proposait la vente de tout ce qui était illégal. C'est peut-être cet événement qui nous a fait attendre jusqu'en 2017 pour de nouvelles augmentations dynamiques du prix du bitcoin. Toutefois, cela ne signifie pas que l'histoire du bitcoin s'est arrêtée pendant cette période.

L'effondrement de la plus grande bourse de bitcoins de l'époque, Mt. Gox, n'a pas non plus nui à l’engouement du bitcoin. Au début du mois de février 2014, la bourse a suspendu les paiements, avant de déposer une demande de mise en faillite. Il s'est avéré par la suite que cette faillite était la conséquence d'un vol de bitcoins d'une ampleur sans précédent, qui a entraîné la perte de plus de 744 000 BTC. En septembre de la même année, TeraExchange a reçu l'approbation de la Commodity Futures Trading Commission américaine pour créer le premier produit de gré à gré basé sur le prix du bitcoin. Pourquoi est-ce si important ?

Les produits réglementés de gré à gré ont permis à un groupe beaucoup plus large de personnes d'investir sur le bitcoin. Jusqu'alors, le bitcoin était le domaine des geeks de l'internet, même si la technologie elle-même avait déjà commencé à susciter l'intérêt d'entreprises telles que Dell et Microsoft. Cependant, l'adoption du bitcoin par les marchés financiers s'est heurtée à une résistance considérable de la part des représentants des marchés eux-mêmes. En décembre 2013, l'ancien président de la Fed - Alan Greenspan - s'est exprimé sur le bitcoin. Il a qualifié le bitcoin de "bulle spéculative". Les critiques à l'égard de la crypto-monnaie ont également été émises par Warren Buffett qui, dans une interview début 2014, a déclaré que "le bitcoin est un mirage". Néanmoins, la popularisation croissante du bitcoin en tant qu'alternative à la monnaie fiduciaire ne cessait de faire grimper son prix. Début mars 2017, le cours du bitcoin a dépassé le prix de l'once d'or, qui était alors de 1286 dollars. Le bitcoin a commencé à gagner en crédibilité en raison de changements législatifs auprès de pays de plus en plus nombreux. C'est en 2017 que le Japon a commencé à reconnaître largement le bitcoin comme une alternative légitime à sa monnaie. La législation introduite à l'époque autorisait la détention de bitcoins et leur échange contre des devises nationales ou étrangères, mais elle ne permettait pas l'utilisation de bitcoins pour des paiements directs de biens ou de services. Avec l'augmentation du prix du BTC, l'intérêt pour la bulle émergente a également augmenté, et parallèlement - les volumes sur les échanges de crypto-monnaies ont également augmenté. Cependant, à la mi-2017, une scission s'est produite - à la fois parmi les partisans du bitcoin eux-mêmes et au sein de sa blockchain elle-même. Le 1er août, le réseau a été divisé, ce qui a entraîné la création de deux crypto-monnaies distinctes - le bitcoin et le bitcoin cash. Cette dernière se caractérise par une taille de bloc plus importante (jusqu'à 8 Mo), mais ce changement n'a pas diminué de manière significative l'intérêt pour le bitcoin. À l'heure actuelle (fin octobre 2021), le Bitcoin Cash ne figure que dans les dix crypto-monnaies les plus populaires en termes de capitalisation boursière - loin derrière le BTC.

Malgré la scission du réseau, le bitcoin a continué à prendre de la valeur, et la tendance actuelle aux Initial Coin Offering (ICO) a fait grimper son prix jusqu'à environ 19 500 USD à la mi-décembre 2017. Cependant, une fois de plus, après une augmentation spectaculaire de la valorisation du BTC et une capitalisation s’élevant à 100 milliards USD, le Bitcoin a fortement chuté. Au cours des douze mois suivants, le prix du bitcoin a fondu de près de 85 % et a testé le niveau de 3200 USD. Bien qu'en 2019, le marché ait tenté d’atteindre le record précédent, la croissance s'est finalement arrêtée aux alentours de 13 000 USD. Il a fallu attendre 2020 pour constater un nouveau  rallye haussier.

Un avenir incertain

Début juillet 2020, la société indienne 21Shares a commencé à établir une cotationdans le système Xetra sept ETP (Exchange-Traded Products) en fonction du prix du bitcoin. À cette époque, des contrats à terme et des options sur le bitcoin étaient déjà activement négociés ; ceux-ci avaient été introduits, presque simultanément, par le CME et le CBOE en décembre 2017. En parallèle, une bataille faisait rage pour que la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine approuve un fonds négocié en bourse (ETF) en bitcoin. Les contrats à terme, ainsi que les options basées sur ces derniers pour le prix du bitcoin s'élèvent à 5 BTC, de sorte que ces instruments ne sont pas populaires parmi les investisseurs de détail disposant d'un plus petit capital. C'est en pensant à eux que les meilleures sociétés de courtage ont préparé une offre de CFD sur les crypto-monnaies, ce qui a encore popularisé ce marché auprès des investisseurs qui recherchent une diversification supplémentaire de leurs portefeuilles.

La SEC a rejeté à plusieurs reprises les demandes d'approbation d'un ETF sur le bitcoin. À la mi-2018, les frères Winklevoss, célèbres pour leurs investissements précoces dans le bitcoin et pour la création du portail de trading de crypto-monnaies Gemini, ont essuyé un refus à cet égard. Néanmoins, un ETF basé non pas sur le prix du bitcoin lui-même, mais sur des contrats à terme sur le bitcoin a finalement été créé. Le marché a dû attendre jusqu'en octobre 2021 pour voir cela se produire. Entre-temps, le monde a été frappé par la pandémie de coronavirus et, avec elle, une énorme volatilité sur les marchés financiers. Alors que pour la plupart des classes d'actifs traditionnelles, la pandémie a déclenché des baisses dynamiques, dans le cas du bitcoin, elle a déclenché des hausses qui ont finalement conduit à la formation d'un nouveau pic historique.

Le bitcoin a clôturé l'année 2019 avec un cours proche de 7250 USD, douze mois plus tard, il était déjà évalué à près de 29 000 USD, et à la mi-avril 2021, il a établi un pic à environ 64 000 USD. Ces augmentations dynamiques, entrecoupées de courtes périodes de corrections peu profondes, ont été motivées par la poursuite de l'adoption de la technologie blockchain dans l'économie réelle, les attentes concernant les nouveaux instruments financiers basés sur le prix du bitcoin, mais aussi par la diversification des risques. La période prolongée de politique monétaire ultra-libre mise en œuvre par de nombreuses banques centrales a finalement conduit à une hausse mondiale de l'inflation et donc à une diminution du pouvoir d'achat de la monnaie. Pendant ce temps, le prix du bitcoin, dont l'offre est limitée à 21 millions d'unités, a continué à augmenter, offrant ainsi une alternative intéressante aux actifs financiers traditionnels. Par conséquent, de plus en plus de personnes ont parlé d'une bulle spéculative motivée par l'espoir d'un prix encore plus élevé du bitcoin. Certes, le premier semestre  2021 a été marqué par une réévaluation de plus de 50 % de la plus ancienne des crypto-monnaies, mais les mois suivants ont abouti à la formation d'un nouveau sommet historique   à 66 900 USD. Quel avenir pour le  bitcoin ?

Il est difficile de répondre à cette question. L'utilisation de l'un des outils d'analyse technique les plus populaires, les extensions de Fibonacci, laisse espérer un test auniveau  des 89 000 USD. Néanmoins, il ne faut pas oublier que le bitcoin a souvent surpris les analystes. Il est toutefois possible de délimiter plusieurs facteurs qui ont influencé le prix du bitcoin jusqu'à présent :

  • Adaptation supplémentaire de la technologie blockchain - de nombreux détracteurs du bitcoin soulignent que la majorité des transactions dans une blockchain sont générées par des spéculateurs qui espèrent la poursuite de la tendance haussière sur le graphique du BTC. Cependant, il faut garder à l'esprit que la technologie blockchain est utilisée dans de nombreuses instances et qu'elle est développée et utilisée par des entreprises telles que int. al. Microsoft, Goldman Sachs, Amazon et Walmart. La technologie blockchain est non seulement capable de rationaliser la logistique, mais aussi de fournir des soins de santé rapides et sûrs ou de révolutionner le commerce électronique. L'introduction d'un plus grand nombre de solutions basées sur la blockchain dans l'économie réelle pourrait soutenir le prix du bitcoin, qui est déjà traité comme un équivalent numérique de l'or.

  • Réglementation - de nombreuses personnes pensent que le rallye haussier du bitcoin qui a eu lieu en 2020 et 2021 était en partie dû aux attentes d'une nouvelle réglementation du bitcoin par les acteurs des marchés financiers. L'introduction d'un ETF basé sur la valorisation des contrats à terme sur le bitcoin ouvre la voie à des millions d'investisseurs passifs pour ajouter des crypto-monnaies à leur portefeuille. La poursuite de la réglementation du marché des crypto-monnaies pourrait avoir un impact positif à la fois sur la confiance des investisseurs dans le bitcoin et sur la poursuite de la hausse de son prix.

  • Politique des banques centrales - la période de politique monétaire ultra-libre mise en œuvre par de nombreuses banques centrales dans le monde a entraîné une augmentation du niveau moyen des prix dans de nombreuses économies. Les problèmes de la chaîne d'approvisionnement induits par la pandémie ont exercé une pression inflationniste supplémentaire, conduisant de nombreuses personnes à rechercher des alternatives à la monnaie fiduciaire. Le bitcoin est perçu comme une telle alternative, ce qui rend la croissance de son prix susceptible de se poursuivre si l'inflation continue à augmenter.

En juin 2021, le Salvador est devenu le premier pays au monde à reconnaître le bitcoin comme une monnaie légale. Depuis lors, les habitants du Salvador peuvent utiliser la crypto-monnaie pour leurs achats quotidiens et recevoir la rémunération de leur travail en bitcoin. La décision du président de ce petit pays d'Amérique latine a déclenché un vif débat parmi les partisans des crypto-monnaies pour savoir si des mesures similaires devraient être prises par les gouvernements d'autres pays. Il est certain que le monde entier suivra de près cette expérience socio-économique unique en matière de crypto-monnaies. L'histoire du bitcoin est loin d'être terminée, et son avenir est certainement intriguant.

Veuillez noter que les informations et les recherches basées sur des données ou des résultats historiques ne garantissent pas les bénéfices futurs et que toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses propres risques.

 

Ce matériel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement,  au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-à-d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifié).

L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. X-Trade Brokers ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 79% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi.

"Ce matériel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-à-d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifié). L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées. Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses risques et périls. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 82% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi."