Trading de l'uranium - Comment investir dans les actions liées à l'uranium ?

Rubriques connexes:
Temps de lecture: 34 minute(s)
Symbole chimique de l'uranium
Les politiques de "zéro empreinte carbone", la crise énergétique et la transition vers des énergies propres ont contribué à un regain d'intérêt pour l'énergie nucléaire super efficace.

Ouvrez un compte aujourd'hui ou testez-vous sur un compte demo

Ouvrir un compte Essayer le compte démo

L'uranium est l'une des principales ressources énergétiques de la planète et appartient aux sources d'énergies propres qui ne laissent pas d'empreinte carbone, ce qui correspond parfaitement à la tendance mondiale pro-environnementale parmi les investisseurs et les institutions. Le secteur nucléaire représente actuellement 11 % de la production mondiale d'électricité et 60 % de l'énergie propre, respectivement.

Les récents mouvements importants sur le marché de l'uranium et le sentiment des gouvernements des plus grands pays nous amènent à croire que cette matière première pourrait connaître une véritable renaissance après plus d'une décennie de stagnation.

Graphique historique des prix de l'uranium de 1999 à 2020. Cependant, les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur ces informations le fait entièrement à ses propres risques.

En attendant, les estimations conservatrices des experts indiquent que l'humanité doublera sa demande d'électricité d'ici 2050. Ce sont des estimations très conservatrices car les statistiques montrent que les soi-disant milléniaux - la génération Y (née dans les années 1980 et 1990) et la génération Z (née entre 1995 et 2010) passent en moyenne plus de 8 heures par jour devant des écrans de smartphones et d'ordinateurs.

De plus en plus de processus seront probablement automatisés à l'avenir et, avec les progrès technologiques humains, le nombre de robots utilisés pourrait également augmenter de manière significative.

Tous ces facteurs suggèrent que la consommation d'électricité de l'humanité augmentera très rapidement, également grâce à la distribution et à l'absorption progressives de la technologie dans les pays en développement actuellement considérés comme en retard (Afrique, certains pays d'Amérique du Sud, certaines parties de l'Asie) où la croissance démographique est très dynamique. Les habitants de ces pays bénéficieront finalement également de technologies avancées, d'internet, les robots et les usines industrielles deviendront de plus en plus automatisés.

Un élément important de la spéculation sur le marché de l'uranium et l'une de ses applications est également son utilisation dans le secteur spatial comme carburant pour alimenter divers robots et machines capables d'explorer les surfaces inexplorées d'autres planètes. Il est possible d'installer des réacteurs de petite taille très efficaces dans de telles machines, ce qui leur fournirait de l'énergie pendant de nombreuses années. L'uranium semble être dans cette catégorie la matière première de base, irremplaçable et la plus efficace, et son utilisation dans de telles machines élimine potentiellement les problèmes externes de consommation d'énergie auxquels sont confrontés les robots actuellement utilisés par la NASA.

L'infographie sur le possible avenir de l'uranium Le futur de l'uranium : Le monde a besoin d'énergie propre. La demande mondiale en énergie continue de croître. Consommation mondiale d'énergie (Les experts prévoient que la consommation mondiale d'énergie doublera d'ici 2050). La demande croissante en énergie propre et en centrales nucléaires se traduit par une demande croissante d'uranium. Qu'est-ce que la demande non couverte ? La quantité d'uranium nécessaire aux services publics pour faire fonctionner leurs parcs n'est pas encore couverte par des contrats d'approvisionnement. En 2020, la production minière d'uranium ne couvrira que 74 % de la demande mondiale des réacteurs. Demande d'uranium non couverte des services publics entre 2020 et 2035 Services publics aux États-Unis - Services publics en dehors des États-Unis Il y a de nombreuses raisons d’envisager un avenir à long terme pour l'uranium. Plus de 50 nouveaux réacteurs sont actuellement en construction, notamment dans des pays en développement avec une demande croissante en énergie. À l'avenir, le nombre de réacteurs pourrait même dépasser les 500.

Comparaison de la flotte nucléaire mondiale par rapport à la flotte de réacteurs en Chine

L'humanité, ne souhaitant pas abandonner le développement technologique, devra finalement opérer une transition énergétique dans le cadre de l'écologie et adopter les solutions énergétiques les plus efficaces et les plus sûres. Ces solutions sont fournies par les centrales nucléaires, dans lesquelles l'uranium est le composant principal du combustible nucléaire.

Prévision de la capacité de production d'énergie nucléaire par UxC (infographie)

1. Brève histoire de l'exploitation de l'uranium et des bulles de l'uranium

Histoire

L'uranium, sous forme d'oxyde naturel, est utilisé depuis au moins 79 après J.-C. pour teindre la verrerie en jaune. Du verre à l'uranium contenant 1% d'oxyde d'uranium a été découvert près de Naples, en Italie.

Le verre à base d’uranium est devenu moins populaire à la fin des années 1940 en raison de son association avec la guerre et les armes nucléaires. Des inquiétudes croissantes ont également été soulevées quant aux effets sur la santé du "verre radioactif". Cependant, des études scientifiques ont depuis démystifié ces préoccupations et il semble que le verre à base d’uranium n'ait aucun effet nocif sur la santé humaine.

De nos jours, le verre à base d’uranium a une valeur de collection, en particulier la vaisselle du XIXe siècle, qui peut contenir jusqu'à 25% d'uranium en mélange. 

La reconnaissance de l'uranium en tant qu'élément revient exclusivement au chimiste Martin Heinrich Klaproth. Klaproth a également intentionnellement coloré du verre avec de l'uranium, lançant ainsi une nouvelle mode pour le verre à l'uranium en tant qu'objet d'art domestique. En 1789, il a annoncé la découverte d'un nouvel élément et l'a nommé Uranium, en référence à la découverte antérieure de la planète Uranus par l'astronome William Herschel. L'isolation de l'uranium sous sa forme pure a été réalisée par Eugène-Melchior Péligot en 1841.

Infographie : De la découverte de l'uranium à la fission

La découverte la plus importante pour l'ensemble du secteur nucléaire a été la découverte de la fission atomique. Au début, les scientifiques ne réalisaient pas l'importance de cette découverte.

La physicienne autrichienne Lise Meitner, travaillant avec Otto Hahn, a compris le phénomène. Au début des années 1930, les physiciens ont découvert que si l'on bombarde les atomes avec des neutrons, une désintégration radioactive se produit. Les atomes libèrent les neutrons et se transforment en éléments légèrement plus légers. Meitner, Hahn et Fritz Strassmann ont commencé leurs propres expériences dans lesquelles ils bombardaient divers éléments avec des neutrons.

Meitner, en collaboration avec Otto Frisch, a proposé de comparer un atome à une goutte d'eau qui, lorsqu'elle est frappée par une autre goutte, se divise en deux gouttes plus petites. Ensemble avec Frisch, ils ont effectué les calculs et il s'est avéré qu'un gros atome d'uranium se diviserait en deux plus petits : du baryum et du krypton, libérant quelques neutrons et surtout beaucoup d'énergie. C'était le premier pas vers la compréhension de la façon dont la fission nucléaire fonctionne. Un article sur ce sujet a été publié dans le journal Nature en 1939. Otto Hahn et Fritz Strassman sont également connus comme les scientifiques ayant découvert la fission ; les expériences ont été menées en parallèle.

Les cheminées des centrales nucléaires

Cette découverte est désormais considérée comme une étape clé dans le secteur nucléaire. Grâce à la fission atomique, l'humanité a accès à la source d'énergie la plus puissante que nous connaissions.

Les bulles du marché de l'uranium

Pendant près d'une décennie, l'uranium n'était pas une marchandise à la mode parmi les investisseurs, mais depuis 2000, nous avons en réalité connu deux bulles spéculatives sur l'uranium, la plus importante s'étant produite entre 2005 et 2007. Les hausses ultérieures du prix de l'uranium ont été stoppées par l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima et les critiques mondiales à l'égard de l'énergie nucléaire.

Le boom des prix de l'uranium et des sociétés minières entre 2005 et 2007 a été très dynamique. La cause immédiate de la bulle de l'uranium a été l'inondation de la mine de Cigar Lake en Saskatchewan et la destruction de la mine de Ranger par un cyclone, ce qui a entraîné une pénurie de ressources et suscité des inquiétudes chez les investisseurs quant à leur approvisionnement. La mine de Cigar Lake contient toujours le plus grand gisement inexploité de minerai d'uranium de haute qualité au monde.

D'autres facteurs qui ont alimenté le précédent marché haussier étaient les programmes nucléaires audacieux et étendus de l'Inde et de la Chine, ainsi que la limitation des ressources d'uranium disponibles pour une utilisation dans les conflits armés.

La demande croissante, associée aux excellentes perspectives du marché nucléaire et à la rareté de la matière première, a fait grimper les prix. Les investisseurs ont commencé à s'inquiéter de l'approvisionnement en uranium, entraînant ainsi un choc de demande.

La crise mondiale de 2007-2008 et la sortie des investisseurs des placements risqués ont contribué à l'éclatement de la bulle spéculative de l'uranium. Après la clarification du marché, le prix de l'uranium semblait augmenter de manière constante, avec des bases solides derrière lui, et de nouvelles sociétés minières ont commencé à émerger.

Cependant, la fin du marché haussier et l'échec de la hausse des prix de l'uranium en 2011 ont été principalement influencés par l'accident inattendu de la centrale nucléaire de Fukushima, qui a interrompu la reprise des prix de l'uranium. Depuis mars 2011, le prix de l'uranium a chuté de près de la moitié et n'a pas réussi à remonter pendant 10 ans. Le sentiment des investisseurs à l'égard du secteur de l'uranium était très négatif.

La défaillance des réacteurs de la centrale de Fukushima a été l'accident nucléaire le plus grave depuis la catastrophe de Tchernobyl. La cause de l'accident était un séisme massif au large des côtes de Honshu, au Japon. Ainsi, la cause était externe et due à des forces naturelles.

Centrale nucléaire de Fukushima

L'accident de Fukushima n'a pas causé de décès, seulement l'OMS a indirectement lié deux décès à cet événement. Immédiatement après l'accident de Fukushima, la demande d'uranium a commencé à diminuer en raison des protestations des écologistes et d'un passage progressif à d'autres sources d'énergie.

Il convient de noter que le travail dans les centrales nucléaires est aujourd'hui parmi les plus sûrs au monde, les normes de sécurité ayant été élevées à des niveaux extrêmement élevés depuis Fukushima, et des accidents graves, en particulier les défaillances du cœur des centrales nucléaires, ne se produisent plus. En revanche, le marché du travail dans les mines et les éoliennes coûte chaque année la vie de nombreux travailleurs.

Après la catastrophe de Fukushima, le Japon a fermé toutes ses centrales nucléaires. Le monde a perdu l'un de ses clients stratégiques pour l'énergie nucléaire. Le Japon a commencé à vendre l'uranium restant en stock.

Les sociétés minières et les mines n'ont pas arrêté l'exploitation minière, espérant un revirement de courte durée de la part du Japon. Cela a également entraîné un excès de matières premières sur le marché, ce qui a entraîné une baisse des prix.

Cependant, le Japon est resté sceptique à l'égard de l'uranium et cela a changé récemment, maintenant les centrales nucléaires au Japon ont recommencé à fonctionner depuis 2016 et la demande revient lentement aux niveaux observés avant l'effondrement de 2011.

L'opinion à l'égard de l'énergie nucléaire était négative après l'accident de Fukushima. L'Espagne a déclaré à l'époque qu'elle fermerait toutes ses centrales d'ici 2020, l'Allemagne d'ici 2022 et la Belgique d'ici 2024.

Dans le même temps, le programme "Megatons to Megawatts", un accord entre les États-Unis et la Russie pour l'achat d'uranium enrichi, était en cours. La Russie, tout en éliminant une partie de ses armes nucléaires, a vendu l'uranium enrichi restant aux États-Unis.

Après l'éclatement de la bulle en 2011 et l'effondrement des prix de l'uranium, peu de sociétés minières ont survécu. Ceux qui sont encore en activité aujourd'hui ont passé des années à renforcer leur valeur fondamentale et leur résilience, et ils commencent maintenant à regagner la faveur des investisseurs.

En examinant le graphique historique des prix de l'uranium, nous pouvons conclure que cette matière première connaît un boom cyclique et que son prix augmente de manière exponentielle grâce à des facteurs favorables. Le géologue mercenaire Mickey Fulp est arrivé à une conclusion similaire. Il a souligné que l'uranium est une matière première sujette aux cycles d'expansion et de contraction, ce qui signifie que son prix augmente puis diminue environ tous les dix ans. Le graphique ci-dessous présente un résumé des bulles historiques dans le prix de l'uranium.

Histoire du prix de l'uranium de 1968 à 2016 - graphique Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur ces informations le fait entièrement à ses propres risques.

En 2021, le marché au comptant a enregistré les volumes les plus élevés depuis 1966, et les prévisions à moyen terme pour les prix de l'uranium atteignent jusqu'à 60 dollars par once. Les augmentations régulières dans les cours des actions des sociétés minières d'uranium et l'entrée sur le marché d'un nouveau fonds achetant de l'uranium sécurisé par des livraisons physiques à n'importe quel prix ont révélé le "véritable prix de l'uranium". 

Cela pourrait avoir le potentiel de déclencher une hausse des prix de l'uranium sur le marché au comptant et dans l'ensemble du secteur nucléaire.

 Exigence en uranium des services publics

2. Avantages, utilisation et avenir de l'uranium

L'uranium pur est un métal argenté avec une densité élevée, et c'est également l'un des métaux les plus durs. Il est malléable, ductile et un bon conducteur électrique (résistance spécifique de 28×10-8 Ω-m ; 16 fois plus élevée que le cuivre).

L'application principale de l'uranium est l'utilisation de l'isotope U235 comme matériau fissile dans les réacteurs nucléaires, qui sont utilisés dans les centrales nucléaires et dans la propulsion sous-marine.

La teneur en U235 dans l'uranium naturel est de 0,7 %, ce qui est trop faible pour de nombreuses applications. Il nécessite donc un traitement pour augmenter sa teneur en isotopes dans un processus appelé enrichissement.

En raison de sa densité très élevée et de son potentiel énergétique, l'uranium est une source d'énergie idéale pour l'espace. 1 gramme d'uranium a une énergie équivalente à 1,5 tonne de charbon. Cela fait de l'uranium un combustible énergétique de haute qualité pour les vaisseaux spatiaux et les robots du futur. Jusqu'à présent, l'uranium est la source d'énergie la plus concentrée utilisée par l'humanité.

Autres utilisations de l'uranium :

- Le métal d'uranium, en raison de son poids moléculaire élevé, est utilisé comme bouclier dans les générateurs de rayons X à haute énergie.

- L'uranium 238, en tant qu'isotope avec une très longue période de décroissance (4 468×109 années), est utilisé pour déterminer l'âge des roches.

- L'uranium (pratiquement l'uranium appauvri) en tant que métal de très haute densité est utilisé comme noyau pour les missiles sous-calibrés anti-chars.

- L'uranium est également utilisé en photographie et en analyse chimique.

- L'uranium est le composant principal des combustibles nucléaires les plus énergétiques et modernes (en combinaison avec, par exemple, le thorium ou le plutonium).

L'infographie sur la puissance de l'atome

L'Espagne a reporté la fermeture de ses réacteurs à 2030, et de manière similaire, la France, qui devait fermer 14 réacteurs en 2025, a repoussé cette échéance à 2035. Des voix similaires se font entendre du Mexique, de la Russie et des États-Unis.

Il s'avère que les réacteurs, dont la durée de vie prévue est de 40 ans, peuvent fonctionner pendant 60 ans, voire être prolongés jusqu'à 100 ans. Cela pourrait constituer une demande potentielle supplémentaire en uranium, qui n'a jusqu'à présent été prise en compte dans aucune estimation ni analyse.

La neutralité climatique et l'énergie propre sont au cœur des plans de développement de l'Union européenne et des États-Unis. Il sera pratiquement impossible d'atteindre ces objectifs uniquement avec les énergies renouvelables. Les sources d'énergie renouvelable dépendent également de facteurs externes instables tels que les conditions météorologiques, le soleil et le vent. En revanche, les centrales nucléaires dépendent presque exclusivement de l'approvisionnement en uranium en tant que principal combustible.

La densité énergétique élevée de l'uranium - Infographie

Selon les analyses, les énergies renouvelables peuvent également être inopinément inefficaces, ne produisant souvent que 30 à 40 pour cent de leur rendement attendu. Dans un monde où la demande en énergie augmente de manière exponentielle et où l'humanité est confrontée à une crise énergétique et des ressources, les énergies renouvelables risquent de se révéler insuffisantes et peu efficaces même à long terme.

Graphique de l'offre et de la demande d'uranium jusqu'en 2035

Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur ces informations le fait entièrement à ses propres risques.

L'Extrême-Orient mise également sur l'énergie nucléaire. La Chine prévoit d'augmenter la production d'énergie nucléaire de 382 % d'ici 2060, ce qui signifie la construction de près de 200 nouveaux réacteurs nucléaires. L'Inde et la Corée sont également intéressées par le développement de l'énergie nucléaire. La Chine et l'Inde comptent plus de 2,5 milliards d'habitants, ce qui représente un potentiel de demande très élevé sur ces marchés. La demande mondiale en énergie nucléaire et en actions d'uranium est en forte croissance.

Infographie sur la demande et l'offre d'uranium

Bien que l'exploitation minière de l'uranium soit une activité mondiale, seulement quelques entreprises représentent la majorité de la production.

Les dix premières entreprises minières d'uranium ont représenté 85 % de la production mondiale d'uranium en 2020. La demande en uranium est mondiale et provient des réacteurs du monde entier.

Les dix premiers pays pour la consommation d'uranium sont les suivants :

États-Unis - 93, France - 56, Chine - 50, Russie - 38, Japon - 33, Corée du Sud - 24, Inde - 23, Canada - 19, Royaume-Uni - 15, Ukraine - 15 (nombre de réacteurs en service)

Source : Statista, mai 2021

 

Alors que les pays du monde entier travaillent à la décarbonisation, le rôle de l'uranium dans la production d'énergie propre est appelé à se développer.

La capitalisation boursière actuelle de l'ensemble du secteur nucléaire est inférieure à 40 milliards de dollars, soit moins que la capitalisation combinée de GME.US et AMC.US, et moins de 1/20e de la capitalisation boursière des actions de TSLA.US.

Cela peut indiquer que le secteur nucléaire est encore sous-évalué. Les entreprises du secteur de l'uranium et le prix de la matière première ont un fort potentiel de hausse et pourraient attirer de plus en plus d'investisseurs à l'avenir.

Il existe de nombreuses rumeurs sur les technologies de combustible (utilisant le thorium et le plutonium) et les réacteurs modulaires de petite taille (SMR).

Aux États-Unis, ces réacteurs sont tout à fait légaux et le programme de démonstration de réacteurs avancés était censé aider à autoriser et à construire deux prototypes de SMR au cours des années 2020, avec jusqu'à 4 milliards de dollars de financement gouvernemental. La Chine a également déclaré son intérêt pour cette technologie et a même construit le tout premier SMR en juillet 2021.

De tels réacteurs permettent également de gagner du temps nécessaire à la construction d'un grand réacteur. La réception positive de cette technologie par les gouvernements américain et chinois pourrait indiquer une demande croissante de SMR dans les années à venir.

La technologie nucléaire est également peu coûteuse par rapport à d'autres sources d'énergie. Le plus grand coût est la construction d'une centrale nucléaire. Il y a également la question de trouver une main-d'œuvre qualifiée d'ingénieurs et de physiciens spécialisés, ce qui peut être un problème potentiel lors de la distribution de la technologie nucléaire dans le monde entier, notamment dans les pays moins développés.

 Investir dans l'uranium Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur ces informations le fait entièrement à ses propres risques.

Les ressources physiques d'uranium terrestre sont suffisantes pour l'humanité pendant environ 300 ans à la demande actuelle. Actuellement, on observe un nombre croissant de projets miniers d'uranium car les gisements d'uranium sont importants pour l'avenir énergétique à long terme de notre planète.

Cependant, les scientifiques signalent que l'uranium présent dans l'eau de mer est entièrement renouvelable et qu'il y a d'énormes quantités dans les océans. Il ne reste plus qu'à breveter la technologie pour l'exploiter.

Il est possible que cette fois-ci, la politique de neutralité carbone ramène l'énergie nucléaire à la mode et finisse par en faire la principale source d'énergie sur la planète.

Un nouveau marché haussier de l'uranium pourrait émerger - graphique Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur ces informations le fait entièrement à ses propres risques.

3. Comment investir dans l’uranium ?

Vous avez le choix et vous pouvez investir dans des actions d'uranium ou simplement trader des actions d'uranium. Il existe plusieurs différences entre ces méthodes. Bien sûr, vous pouvez les utiliser toutes les deux en même temps.

Investir

Investir dans l'uranium est possible en achetant des actions de sociétés du secteur nucléaire. Des actions telles que Kazatomprom (KAZ.UK) ou Cameco (CCJ.US) sont bien connues et parfois versent également des dividendes.

Les actions des grandes sociétés d'uranium telles que Kazatomprom ou Cameco offrent toujours de bonnes opportunités et perspectives aux investisseurs qui cherchent à éviter les risques élevés et la volatilité du marché. Toutefois, les prix de ces sociétés peuvent également être volatils, mais moins volatils que les actions de petites sociétés minières telles que NexGen (NXE.US) ou Uranium Energy Corp (UEC.US).

Trading

Le trading d'ETF CFD sur l'uranium est spéculatif et seule l'action des prix est importante ici.

Les CFD sur les ETF d'uranium sont des contrats financiers que vous négociez pour profiter de la différence de prix entre vos positions ouvertes et fermées. C'est également une bonne option pour les investisseurs qui aiment les entreprises à haut risque et le trading dynamique.

Vous pouvez négocier des CFD sur les ETF d'uranium et utiliser un effet de levier financier. Grâce au trading avec effet de levier, des ETF tels que Global Uranium X (URA.US) ou North Shore Global Uranium (URNM.US) ne nécessitent qu'un certain pourcentage de la position totale. Par exemple, en utilisant un effet de levier de 1:5, vous avez la possibilité d'ouvrir un contrat de 5000 USD en n'utilisant qu'une marge de 1000 USD. Grâce au trading sur CFD, les day traders peuvent gagner de l'argent même lorsque les actions d'uranium chutent en ouvrant des positions courtes.

Ce type de spéculation peut être particulièrement dangereux et volatil en raison de l'action des prix des ETF d'uranium. Le trading de CFD sur les ETF d'uranium offre aux traders la possibilité de maximiser leurs profits plus rapidement même lorsque l'action des prix n'est pas très importante, mais les pertes peuvent également être beaucoup plus importantes en raison de l'utilisation de l'effet de levier.

Le trading des actions d'uranium en ligne

Il n'est pas possible d'acheter simplement un approvisionnement physique en uranium. Le stockage de l'uranium est également un défi majeur supplémentaire pour les investisseurs. Il y a encore une faible liquidité sur le marché du prix spot de l'uranium, il est donc très difficile de ne trader que sur le prix spot de l'uranium.

Par conséquent, pour gagner de l'argent sur les mouvements du marché de l'uranium, la solution la plus optimale pour les investisseurs individuels et les institutions est d'acheter des sociétés du secteur de l'exploitation minière de l'uranium.

Le trading en ligne est également le plus simple, avec des conditions de frais les plus favorables et vous permet de personnaliser votre stratégie d'investissement en choisissant des CFD sur les ETF d'uranium ou des actions de sociétés d'uranium.

L'investissement et le trading d'uranium en ligne vous exposent au secteur de l'énergie en croissance avec de grandes perspectives, sans quitter votre domicile.

4. Actions et CFD d'ETF sur l'uranium

Kazatomprom (KAZ.UK)

kazatomprom logo

Kazatomprom est actuellement le plus grand producteur d'uranium au monde. En 2020, il représentait 23% de la production mondiale de matières premières. Kazatomprom extrait de l'uranium en utilisant la technologie ISR (In-Situ Recovery Mining) avec des normes de santé, de sécurité et d'environnement (certificats ISO 450001 et 14001). 

La société a son siège à Nur-Sultan, d'où elle exploite et vend de l'uranium et des produits contenant de l'uranium.

Grâce à la technologie ISR, l'extraction minière se fait sans dynamitage et sans envoyer les mineurs sous terre pour remonter le minerai d'uranium à la surface. La solution contenant l'uranium dissous est remontée à la surface via des "puits de production". Cette solution est ensuite traitée après l'extraction minière pour en extraire l'uranium.

L'exploitation des gisements d'uranium par la méthode ISR est la plus efficace, n'a aucun impact négatif en surface : il n'y a pas de subsidence ni de perturbation du sol, et il n'y a pas de stockage en surface de minerais de faible qualité ; c'est également la méthode la moins chère.

Les principales étapes de traitement de l'uranium se déroulent en profondeur (d'où le terme "in-situ"), ce qui entraîne des coûts de production réduits et intrinsèquement des niveaux élevés de santé et de sécurité en raison de très faibles risques miniers. Une fois les ressources épuisées et les opérations minières terminées, les zones reculées de la mine de Kazatomprom sont rétablies dans leur état initial, tant en surface qu'en profondeur.

Kazatomprom dispose de 24 zones de gisements au total, toutes situées au Kazakhstan. 

L'exploitation minière de l'uranium par la méthode ISR a été utilisée pour la première fois dans les années 1960, et d'ici 2017, son utilisation représentait plus de 50% de la production mondiale d'uranium. Cependant, la méthode d'exploitation minière ISR ne peut être utilisée que dans des conditions géologiques particulièrement favorables.

Toute la production de Kazatomprom se fait par l'exploitation minière ISR. Huit des dix plus grandes mines ISR au monde sont exploitées par Kazatomprom, ce qui confère à la société une position stratégique sur le marché.

Le traitement, la reconversion et la production de pastilles de combustible pour les réacteurs nucléaires à eau légère constituent une autre grande activité dans laquelle opère Kazatomprom. La China General Nuclear Power Corporation (CGNPC) en collaboration avec Kazatomprom mettent en œuvre un projet de construction d'une usine d'assemblage de combustible pour répondre à la demande future de la Chine en assemblages de combustible nucléaire finis. 

La Chine conclut périodiquement de nouveaux accords avec l'entreprise kazakhe et semble être son client potentiel permanent, notamment en raison de sa position géopolitique.

Kazatomprom est également indirectement impliqué dans la production de certains métaux rares, ce qui en fait l'un des plus grands producteurs mondiaux de tantale, de niobium et de béryllium. En tant que l'une des trois seules entreprises de ce type dans le monde, l'usine dispose d'un cycle de production entièrement intégré pour le béryllium et est la seule usine de tantale dans la Communauté des États indépendants.

L'Usine Métallurgique "Ulba" occupe actuellement la deuxième place mondiale dans la production de produits à base de béryllium et la quatrième place dans la production de produits à base de tantale.

Kazatom mène également des activités scientifiques et de recherche dans les domaines géologique, chimique et physique.

Cameco (CCJ.US)

cameco logo

Cameco Corporation est également l'une des plus grandes sociétés d'uranium cotées en bourse au monde. La société a son siège social à Saskatoon, au Canada. En 2015, elle était le deuxième plus grand producteur d'uranium au monde, représentant 18% de la production mondiale. La société a été entièrement privatisée en 2002. Actuellement, une maison sur dix est alimentée en énergie fournie par Cameco.

En 1996, Cameco a acquis Power Resources Inc, le plus grand producteur d'uranium aux États-Unis. Elle a ensuite acquis les sociétés canadiennes Uranerz Exploration and Mining Limited et Uranerz U.S.A., Inc. en 1998.

Carte Investissement uranium par pays

En 2016, Cameco a suspendu ses activités à la mine de Rabbit Lake en raison de la baisse des prix de l'uranium. En 2017, Cameco a suspendu ses activités pendant au moins 10 mois à la mine McArthur River et à l'usine Key Lake. Si la demande augmente, Cameco dispose de vastes réserves d'uranium physique et de mines qu'il peut ouvrir et reprendre l'exploitation.

Cameco exploite deux très grandes mines d'uranium au Canada : la mine McArthur River-Key Lake et Cigar Lake, une mine massive ayant accès à des gisements d'uranium de première qualité, ainsi qu'en Kazakhstan, la mine Inkai.

Aux États-Unis, Cameco exploite des mines d'uranium dans les États du Nebraska et du Wyoming par le biais de sa filiale américaine, Cameco Resources.

Cameco est également le seul fournisseur de combustible de Bruce Power, qui fournit 30% de l'électricité de l'Ontario grâce à sa centrale nucléaire.

Uranium energy corp logo

Uranium Energy Corp (UEC) est une société minière américaine possédant un ensemble de licences et de permis gouvernementaux pour exploiter ses gisements dans l'ouest et le centre des États-Unis. Potentiellement, en tant que l'une des rares sociétés nucléaires américaines ayant une situation de licence propre, la société pourrait bénéficier d'une forte demande du secteur nucléaire américain à l'avenir.

Uranium Energy Corp (UEC: NYSE American) est une société minière et d'exploration de l'uranium basée aux États-Unis. Dans le sud du Texas, les opérations de la société sont centralisées autour de l'installation de traitement de Hobson, entièrement agréée, qui est au cœur des projets ISR Palangana, Burke Hollow et Goliad. Au Wyoming, UEC contrôle le projet Reno Creek, qui est le plus grand projet d'uranium ISR pré-construction, disposant des autorisations, aux États-Unis.

De plus, la société possède une série de projets d'uranium en Arizona, au Nouveau-Mexique et au Paraguay, un projet d'uranium/vanadium au Colorado, ainsi que l'un des dépôts de ferro-titane non exploités les plus riches en titane au monde, situé au Paraguay. Les opérations de la société sont gérées par des professionnels bénéficiant d'une reconnaissance d'excellence dans leur secteur, une reconnaissance basée sur plusieurs décennies d'expérience pratique dans les principaux aspects de l'exploration, du développement et de l'exploitation minière de l'uranium.

NexGen energy ltd. logoNexGen Energy (NGX.US) est une société canadienne axée sur l'acquisition, l'exploration et le développement de projets d'uranium au Canada. NexGen détient la plus grande position dans le bassin d'Athabasca, dans la province canadienne de la Saskatchewan, où elle possède 199 576 hectares.

Ce portefeuille est considéré comme l'une des zones d'uranium les plus prometteuses connues, compte tenu de la minéralisation découverte à ce jour dans le sud-ouest le long du corridor de Patterson, où se trouve le gisement d'Arrow. Par le biais de sa filiale IsoEnergy Ltd, NexGen détient également un portefeuille de perspectives d'uranium très prometteuses dans le bassin d'Athabasca oriental. La société n'a actuellement aucune exploitation minière d'uranium à grande échelle.

Les actions de BHP Billiton (BHP.US) et de Rio Tinto (RIO.UK) offrent également aux investisseurs une exposition partielle à l'uranium. Ce sont des sociétés puissantes dans le secteur des ressources, mais l'exploitation minière et la distribution d'uranium ne représentent qu'une petite partie de leur portefeuille d'investissement.

Uranium ETFs CFD

Global Uranium X (URA.US) offre aux investisseurs un accès à un large éventail d'entreprises impliquées dans l'exploitation minière de l'uranium et la production de composants nucléaires, notamment dans l'extraction, le raffinage, l'exploration ou la fabrication d'équipements pour les industries de l'uranium et du nucléaire. Dans le portefeuille d'investissement de cet ETF, on trouve bien sûr Kazatomprom, Cameco, mais aussi des petites sociétés minières d'uranium telles que Denison Mines, NexGen Energy, Uranium Energy Corp, Paladin Energy et Energy Fuels.

L'acquisition du fonds par Sprott Investment, via NorthShore Global (URNM.US), a été annoncée début novembre 2021. Sprott est en train d'obtenir une licence exclusive pour utiliser l'indice minier mondial de l'uranium de North Shore Global (l'"Indice"), dont la performance est suivie par l'ETF minier mondial de l'uranium de North Shore Global.

À terme, on s'attend à ce que le fonds devienne le Sprott Uranium Miners ETF, qui sera conseillé par Sprott Asset Management. La réorganisation du fonds devrait être finalisée au cours du premier trimestre de l'année prochaine.

"Nous pensons être aux premiers stades d'un marché haussier de l'uranium, et URNM est un excellent complément au Fonds Sprott d'uranium physique (SPUT), qui est le plus grand fonds d'uranium physique au monde", a déclaré John Ciampaglia, PDG de Sprott Asset Management. "URNM est le seul ETF d'actions minières d'uranium pur coté aux États-Unis, et nous sommes ravis de fournir aux investisseurs deux options attrayantes pour investir dans ce secteur", a ajouté Ciampaglia.

Le portefeuille du fonds comprend actuellement Kazatomprom, Cameco, mais aussi le Fonds Sprott d'uranium physique, Yellow Cake PLC et de plus petites sociétés minières d'uranium telles que CGN Mining Corp. Cependant, les investisseurs attendent la réorganisation de cet ETF par Sprott dans le futur.

VanEck Vectors Uranium Mining + Nuclear Energy (NLR.US) est un fonds qui cherche à reproduire, dans la mesure du possible et avant les frais et dépenses, la performance des prix et des bénéfices de l'indice MVIS® Global Uranium & Nuclear Energy Index (MVNLRTR).

Cet indice vise à suivre la performance globale des entreprises impliquées dans :

- L'exploitation minière de l'uranium ou les projets d'exploitation minière de l'uranium que MV Index Solutions GmbH (le fournisseur de cet indice) estime avoir du potentiel.

- La construction, l'ingénierie et la maintenance d'installations nucléaires et de réacteurs nucléaires.

- La production d'électricité à partir de sources nucléaires et la fourniture d'équipements.

- La fourniture de technologies pour les services liés à l'énergie nucléaire.

L'ETF VanEck est donc exposé au secteur nucléaire, et pas seulement aux entreprises minières d'uranium.

Le portefeuille du fonds comprend des entreprises telles que Exelon Corp, Duke Energy, Dominion Energy, Cameco ou Electricite de France.

5. Meilleur moment pour commencer à investir dans les actions d'uranium

Au cours des dernières années, il a été difficile de trouver une matière première sur le marché qui n'ait pas atteint son plus haut historique (ATH) ou du moins qui s'en soit approché. Nous avons connu une explosion des prix de l'aluminium, du cuivre, des matériaux de construction, de l'acier et d'autres matières premières. Mais il s'avère que l'uranium, avec son prix actuel d'environ 50 dollars, est encore près de trois fois moins cher que lors du sommet du marché haussier de 2007.

Cependant, en tenant compte de l'inflation et des niveaux de 140 à 150 dollars à l'époque, il apparaît qu'aujourd'hui, le sentiment entourant l'uranium est encore négatif, malgré des augmentations significatives du prix de la matière première d'environ 70% depuis août de cette année. L'uranium est une matière première nécessaire pour les réacteurs nucléaires utilisant l'énergie nucléaire, il y aura donc une demande aussi longtemps que les centrales nucléaires seront en activité. Par ailleurs, il existe actuellement des plans pour en construire au moins plusieurs centaines dans le monde. Cela pourrait entraîner une demande croissante pour cette ressource.

L'énergie nucléaire est actuellement la source d'énergie la plus efficace connue de l'homme ; les centrales nucléaires alimentées à l'uranium peuvent fonctionner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, indépendamment du vent, de l'heure du jour ou de la nuit. De plus, cet uranium et la technologie entourant le secteur nucléaire sont très importants dans le contexte de l'expansion de l'homme dans l'espace, ce qui peut lui donner un potentiel spéculatif de hausse des prix.

L'énergie pour l'humanité doit être constamment fournie, compte tenu de la robotisation, de l'automatisation de la production à grande échelle et du marché croissant des voitures et des véhicules électriques, la demande en électricité est susceptible de croître, comme d'habitude, plus rapidement que les hypothèses conservatrices et les prévisions des experts.

Un tel rabais énorme et le sentiment négatif entourant l'uranium ne pouvaient pas se maintenir sans les trois accidents : Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima. Ces catastrophes ont contribué à maintenir les prix de la matière première en sommeil et la demande d'uranium, bien que le marché n'ait certainement pas été inactif pendant ces décennies.

Le "salut" de cette année pour le marché de l'uranium a été le Sprott Physical Uranium Trust SPUT du Canada, détenu par Eric Sprott, milliardaire canadien avec des investissements dans les matières premières, les métaux précieux et les sociétés minières. Les mouvements du fonds, qui a commencé à acheter de l'uranium soutenu par des livraisons physiques à n'importe quel prix et en n'importe quelle quantité tout en acceptant n'importe quel prix au comptant, ont "révélé" d'une certaine manière le prix réel de la matière première.

À cette époque, bien que le prix spot de l'uranium se situait aux alentours de 25 dollars la livre, des transactions étaient régulièrement conclues à des prix aussi élevés que 80 dollars, à ces prix certaines centrales électriques acceptaient d'acheter de l'uranium auprès des sociétés minières. On estime que lorsque le prix atteint environ 60 dollars la livre, l'exploitation minière de l'uranium devient rentable pour la plupart des exploitants.

Graphique Investissement dans l’uranium Les performances passées ne préjugent pas nécessairement des résultats futurs, et toute personne agissant sur cette information le fait entièrement à ses propres risques.

Les acteurs de l'industrie des matières premières ont décidé de ne pas ignorer les rapports selon lesquels le prix spot de l'uranium diffère du prix réel auquel les transactions ont lieu. Par peur de prix des matières premières toujours plus élevés à l'avenir, Sprott a décidé d'acheter de l'uranium soutenu par des livraisons physiques. Ainsi, de manière paradoxale, le fonds qui a décidé d'entrer sur le marché au plus bas prix par crainte de prix toujours plus élevés a commencé à augmenter le prix de l'uranium en l'achetant sur le marché. Le fonds continue d'accumuler de l'uranium, ce qui semble être une décision stratégique de la part des investisseurs de Sprott.

Si les exploitants reprennent l'exploitation minière et que le volume des ventes d'uranium aux centrales électriques ainsi que la demande en uranium augmentent de manière significative, les investisseurs peuvent s'attendre à un autre marché haussier de l'uranium.

 barils jaunes radioactifs

Le géant kazakh Kazatomprom a également initié des actions similaires à celles du Sprott Physical Uranium Trust.

Kazatomprom a acheté une participation de 48,5 % dans un investissement de 50 millions de dollars pour l'achat d'uranium physique auprès de ANU Energy OEIC Ltd, basée à Astana. Les autres membres de la structure du fonds sont : 48,5 % de la National Investment Corporation de la Banque nationale du Kazakhstan et 3 % du gestionnaire de fonds Genchi Global Limited.

Selon les informations publiées sur le site web de Kazatomprom, le fonds devrait lever 500 millions de dollars pour l'achat d'uranium physique auprès d'institutions et de particuliers. Les 500 millions de dollars collectés financeront d'autres achats d'approvisionnements en uranium physique.

"Le fonds tirera parti de l'expertise de Kazatomprom sur le marché de l'uranium et de la solide expérience de la NIC, l'AIFC (Astana International Financial Center) offrant aux investisseurs une exposition directe à l'opportunité attrayante présentée par les fondamentaux à long terme du marché de l'uranium et de l'industrie nucléaire", a déclaré Sharipov, PDG de Kazatomprom. Il a ajouté que "la création de ANU Energy OEIC Ltd. est un projet qui a été développé pendant près de quatre ans dans le cadre de la stratégie plus large de Kazatomprom axée sur les fondamentaux ; le fonds opérera dans un environnement de baisse de l'offre de matières premières, ce qui profitera aux investisseurs".

- Mazhit Sharipov, PDG de Kazatomprom

"ANU Energy, développé par l'AIFC au Kazakhstan, sera le premier fonds d'uranium à offrir un accès direct potentiel aux investisseurs des marchés émergents de différentes catégories, en particulier ceux axés sur les investissements dans les énergies propres, ainsi que les fonds de matières premières et les fonds souverains", a ajouté Kazatomprom.

Le moment actuel semble très stratégique pour l'ensemble du marché nucléaire. 

Ajoutez à cela la crise énergétique mondiale causée par la pénurie de matières premières, les problèmes de chaîne d'approvisionnement ou les prix très élevés des matières premières énergétiques, et le marché des sociétés d'uranium pourrait en bénéficier. L'attitude des grands investisseurs du secteur nucléaire, y compris les institutions publiques, semble également optimiste.

6. Heures de trading de l’uranium

Qu'en est-il des heures de négociation des actions d'uranium ? Cette information est particulièrement importante pour les day traders. La négociation des actions d'uranium est possible pendant la semaine, du lundi au vendredi, à partir de 15h30 CET à 22h30 CET pour l'échange américain, ou de 9h00 à 17h30 pour l'échange de Londres. Cependant, ces horaires peuvent varier en fonction de l'échange sur lequel la société est cotée.

La négociation des actions d'uranium n'est pas possible pendant les week-ends, car le marché est fermé. Lorsque le marché est ouvert, les prix des actions des entreprises et des ETF fluctuent constamment pendant les heures de négociation.

Bien sûr, le meilleur moment pour négocier des actions d'entreprises d'uranium est pendant les périodes de très grande liquidité, lorsque la volatilité du marché est plus élevée. Lorsqu'il y a de forts volumes de négociation sur le marché, la volatilité augmente. Cette situation représente une grande opportunité non seulement pour les investisseurs, mais aussi pour les day traders qui utilisent l'effet de levier pour réaliser d'importants bénéfices, même sur des positions courtes.

La forte volatilité peut être influencée par la publication de nouvelles politiques ou d'entreprises importantes, ainsi que par les résultats financiers. Les actions des sociétés minières d'uranium peuvent parfois être extrêmement volatiles, et les mouvements de prix au cours d'une seule journée de négociation peuvent dépasser 10 %.

Cependant, si vous êtes un investisseur à long terme, vous n'avez pas besoin de suivre la volatilité temporaire du marché. Sur notre plateforme, vous avez l'opportunité d'acheter des petites sociétés minières telles que NexGen (NXE.US), Uranium Energy Corp (UEC.US), ainsi que des grandes sociétés connues comme Kazatomprom (KAZ.UK) ou Cameco (CCJ.US). Dans ces cas, en tant qu'investisseur, vous n'avez pas besoin de vous préoccuper des fluctuations des prix des entreprises, et vous pouvez simplement adopter une stratégie à long terme pour vos investissements dans les actions d'uranium.

Ouvrez un compte aujourd'hui ou testez-vous sur un compte demo

Entrez sur le marché avec une application d'investissement primée, intuitive et facile à utiliser !

Ouvrir un compte Essayer le compte démo

"Ce matériel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-à-d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifié). L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées. Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses risques et périls. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 76% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi."

Xtb logo

Rejoignez plus de 935 000 investisseurs du monde entier