⚡La crise énergétique fait sombrer l'Europe

13:16 25 août 2022

La flambée massive des prix du gaz naturel et de l'électricité n'est pas de bon augure pour l'économie européenne

 

Il semble presque certain que l'Europe se dirige vers la plus grande crise énergétique de l'histoire. Les pays européens se sont rendus dépendants des importations d'énergie en provenance de pays tiers, notamment de la Russie, et ont négligé la diversification de l'approvisionnement et leurs propres capacités de production. Le gaz bon marché a rendu l'économie européenne plus compétitive et a permis le lancement de la transition énergétique. Cependant, il devient de plus en plus évident que les sources d'énergie alternatives ne pourront pas combler le déficit de production d'électricité des sources plus traditionnelles. Les embargos et les "pénalités" pour l'utilisation de sources d'énergie à fortes émissions nuisent à la compétitivité européenne et risquent de plonger l'Europe dans une profonde récession.

Les installations de stockage sont pleines mais les livraisons restent un problème

Pendant des années, le gaz naturel a été un produit énergétique très bon marché pour l'Europe, car il était principalement importé de Russie. L'Europe avait également des accords d'approvisionnement avec d'autres pays, dont les États-Unis, mais le gaz provenant de Russie était le moins cher. C'est pourquoi la réduction des exportations de gaz russe vers l'Europe à seulement 20 % des niveaux d'avant-guerre et le risque d'un arrêt complet de l'approvisionnement entraînent des hausses de prix gargantuesques. Les prix du gaz naturel, qui étaient inférieurs à 30 €/MWh avant la pandémie de Covid, sont aujourd'hui environ 10 fois supérieurs à ce chiffre.

Les prix du gaz en Europe sont jusqu'à 10 fois plus élevés qu'avant la pandémie. En outre, ils sont également 8 à 9 fois plus élevés que les prix du gaz naturel américain. Source : Bloomberg

 

Les stocks européens de gaz naturel sont pleins à près de 80 %. Cela signifie qu'ils sont plus pleins qu'ils ne l'étaient à n'importe quel moment en 2021. Pourquoi les marchés sont-ils si préoccupés par l'offre et pourquoi les prix sont-ils si élevés ? Les niveaux de stocks actuels dureront pour 2 mois de consommation, en considérant un arrêt complet des livraisons. Si tous ces stocks sont utilisés maintenant, les entreprises n'auront plus de gaz pour fonctionner pendant l'été 2023 et l'hiver 2023 sera bien pire que l'hiver 2022.

Les stocks européens de gaz sont remplis à près de 80 %. Cette situation est due principalement à la diversification des importations, mais aussi à la baisse de la consommation de gaz naturel. Source : Bloomberg

 

Qui en souffrira le plus ?

La compétitivité de l'Europe a été touchée par une flambée massive des prix des produits énergétiques de base. Les prix de l'énergie pour une livraison immédiate et pour une livraison à l'horizon d'un an ont été multipliés par rapport aux niveaux de l'année précédente. Les termes de l'échange pour l'euro ou d'autres monnaies européennes se situent aux pires niveaux de l'histoire. La forte hausse des prix à l'importation par rapport aux prix à l'exportation est un scénario inflationniste, qui peut conduire à une augmentation plus rapide des taux d'intérêt et donc avoir un impact négatif sur l'activité économique.

Termes du commerce en EUR (selon Cit) par rapport au taux de change EURUSD. Source : Bloomberg

 

Le choc peut être plus important pour certains secteurs de l'économie européenne que pour les autres. Bien sûr, ce sont les entreprises du secteur de l'énergie qui utilisent le plus de gaz naturel, mais les entreprises chimiques, les raffineries ou les usines de papier sont également de gros consommateurs. Il n'est pas exclu que les entreprises commencent à réduire leur production, voire à l'arrêter complètement, en réaction à la flambée des prix du gaz.Consommation de gaz naturel par secteur de l'économie européenne. Source : BCE

 

Existe-t-il des sources d'énergie alternatives ?

Le gaz naturel était et reste une source d'énergie privilégiée dans l'Union européenne, qui cherche à devenir totalement indépendante des combustibles fossiles. Cependant, la production d'électricité à partir de charbon ou même de centrales nucléaires est moins chère compte tenu des prix actuels du gaz naturel. Le problème ici est la réticence à redémarrer les centrales à charbon, même si ce type de production est trois fois moins cher. Toutefois, on constate un certain changement sur ce front, l'Allemagne a décidé de redémarrer des centrales au charbon de lignite tandis que la Suède a commencé à produire de l'énergie à partir de la combustion du pétrole. Néanmoins, cela pourrait ne pas suffire à éviter les problèmes d'approvisionnement, même si les projets d'arrêt temporaire du trading des émissions se concrétisent.

L'augmentation de la production d'énergie à partir du charbon ou de l'utilisation du fioul domestique entraîne une hausse de la demande de quotas d'émission de CO2. Les prix d'EMISS ont chuté récemment, mais un nombre relativement faible de ventes aux enchères est prévu en décembre, ce qui pourrait permettre à EMISS de dépasser les 100 euros par contrat. Source : xStation5

 

Qu'en est-il du gaz naturel américain ?

Les États-Unis sont en sécurité en matière d'énergie. Le pays n'utilise pas seulement ses propres ressources mais est également un exportateur net de produits énergétiques. Les prix du gaz en Europe sont plus de 8 fois supérieurs à ceux des États-Unis, tandis que les prix de l'électricité sont 4 à 6 fois plus élevés. En théorie, il existe une forte incitation économique à stimuler les exportations vers l'Europe. Toutefois, les infrastructures posent problème. Si l'Europe s'en tient à son projet d'isoler la Russie et décide de maintenir le système d'échange de quotas d'émission, la demande de gaz naturel américain pourrait continuer à augmenter.

Les stocks de gaz naturel américain sont relativement faibles par rapport à la moyenne sur cinq ans. Toutefois, si l'on considère les dix dernières années, la situation n'est pas si mauvaise. Néanmoins, il ne faut pas s'attendre à une baisse de la demande intérieure et la demande étrangère continuera de croître. Cela dit, on peut supposer que la période de bas prix du gaz naturel est terminée.

Différences entre les stocks américains actuels et la moyenne sur cinq ans par rapport aux prix actuels du gaz naturel aux États-Unis. Les prix pourraient rester à des niveaux élevés en raison de la pression exercée pour augmenter les exportations et des attentes d'une forte demande intérieure continue. Source : Bloomberg

 

Y a-t-il une chance d'amélioration ?

La pandémie a montré que la demande de certains produits peut être fortement réduite à court terme si les circonstances l'exigent. La demande de pétrole a chuté de 25 % en raison de la pandémie. Les consommateurs ne devraient pas craindre le manque de chaleur mais être prêts à payer des prix plus élevés. En revanche, la volonté de réduire la consommation de gaz suffira à elle seule à faire baisser la demande. Les matières premières ne manquent pas dans le monde, mais il est peu probable que la situation s'améliore avant l'hiver en raison du manque d'investissements appropriés ces dernières années. Cependant, il y a une chance que les actions communes entreprises par les pays européens et une consommation plus équilibrée contribuent à améliorer la situation dans les années à venir.

 

"Ce matériel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-à-d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifié). L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées. Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses risques et périls. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 82% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi."

Partager :
Retour