Qu'est-ce que le S&P 500 (Standard & Poor's) ?

5 minute(s)

Avant d’investir et pour mieux comprendre cet indice, découvrez la définition du S&P 500, son mode de fonctionnement et les conditions que doivent remplir les titres qui entrent dans le panier et ceux qui ont le plus de poids économiquement. 

Qu’est ce que l’indice S&P 500 ?

Le Standard & Poor's 500 est l'indice boursier nord-américain le plus important. Bien qu'historiquement, l’indice Dow Jones arrive en tête, cet indice est devenu de plus en plus important pour les investisseurs au fil du temps. C'est le principal indice de référence des actions cotées à Wall Street et la base d'une gamme incroyablement large de produits dérivés tels que les contrats à terme, les options et les certificats.

Cet indice, créé par Standard & Poor's (depuis avril 2016 sous une division de S&P Global), est coté depuis le 4 mars 1957 grâce aux capacités de calcul avancées et complexes que permettent les progrès de l'électronique. En fait, avant 1957, alors que les ordinateurs n'existaient pas encore, l'indice S&P ne contenait que 90 actions.

Quelles sont les conditions d'adhésion du S&P 500 ?

Le S&P 500 contient 500 actions d'autant de sociétés cotées à New York (NYSE et Nasdaq), représentant environ 80% de la capitalisation boursière, qui sont sélectionnées par un comité spécial. En réalité, il y a 505 titres au sein de l’indice car deux types d'actions sont cotées pour 5 sociétés. Tous les titres en question sont liés à des sociétés américaines dont la capitalisation boursière est supérieure à 6,1 milliards de dollars, dont le flottant est d'au moins 50 %, dont le volume mensuel de transactions, au cours des 6 derniers mois, n'est pas inférieur à 250 000 actions et dont la valeur annuelle moyenne des actions est supérieure à 1,0 dollar. Les entreprises en question doivent également présenter un bénéfice au bilan pour les 4 trimestres précédents, compris comme une somme totale.

Bien que la plupart de ces actions soient des sociétés américaines, le critère géographique n'est pas un facteur discriminant.

Les sociétés à inclure dans le panier sont sélectionnées selon la méthode de la capitalisation libre[1]. À cet égard, le S&P 500 se distingue nettement de l'indice Fortune 500, qui prend en compte les 500 premières sociétés américaines en termes de chiffre d'affaires et ne fait même pas de distinction selon qu'elles sont cotées ou non, ainsi que de l'indice Dow Jones qui, étant un "indice pondéré par les prix", attribue un poids plus important aux actions dont le prix est plus élevé.

À l'origine, les pondérations des composants de l'indice dépendait de la simple capitalisation des entreprises, mais depuis 2005, le principe de la capitalisation du flottant a été introduit. En raison du grand nombre de valeurs composant l'indice, le passage au nouveau système de calcul a été effectué en deux étapes, la première le 18 mars 2005 et la seconde le 16 septembre de la même année. Ce changement n'a toutefois pas impliqué un bouleversement majeur. En fait, contrairement au cas européen, les entreprises du S&P 500 dont le flottant est inférieur à la capitalisation totale sont une petite minorité.

Quels sont les principaux titres qui composent le S&P 500 ?

Toutes les actions qui constituent le S&P 500 font également partie des autres indices élargis tel que le S&P 1500, qui comprend le S&P MidCap 400 et le S&P SmallCap 600, et du S&P Global 1200 (S&P 500® (États-Unis), S&P Europe 350, S&P TOPIX 150 (Japon), S&P/TSX 60 (Canada), S&P/ASX All Australian 50, S&P Asia 50 et S&P Latin America 40).

Les 10 actions qui ont actuellement la plus grande pondération dans le panier, et qui représentent ensemble environ 21% du total, sont les suivantes :

Apple, Microsoft Corp, Amazon, Berkshire Hathaway, Johnson & Johnson, JP Morgan Chase, Facebook, Exxon Mobil, Alphabet C et Alphabet A. En termes de secteurs individuels cependant, les plus représentés sont les TI (technologies de l'information) avec 20,7%, les soins de santé (15,0%) et les services financiers (13,6%).

En raison du grand nombre de titres inclus dans l'indice, les nombreux fonds qui l'utilisent comme référence reproduisent rarement le portefeuille exact des 500 titres, car cela entraînerait des coûts considérables en termes de frais de courtage. Habituellement, les gestionnaires de portefeuille utilisent la technique de la réplication synthétique, c'est-à-dire qu'ils essaient de reproduire la performance de l'indice avec un plus petit nombre de titres sélectionnés sur la base d'algorithmes complexes. Par ailleurs, de nombreux gestionnaires de fonds utilisent des contrats à terme très liquides qui ont cet indice comme sous-jacent et sont cotés sur le Chicago Mercantile Exchange (CME).

En 2021, l'indice a marqué ses plus hauts niveaux historiques. Le 07 mai 2021, L’indice cotait 4.232,60 points.

Comment se fait la cotation de l’indice S&P 500 ?

La valeur du S&P 500 est calculée automatiquement toutes les 15 secondes sur la base des prix des derniers contrats conclus pendant les heures de cotation, c'est-à-dire de 09:30 (15:30 heure de Paris) à 16:00 (22:00 heure de Paris) par Reuters America, une société du groupe Thomson Reuters Corporation. Lorsque l'heure d'été est activée en Europe, il y a un décalage des heures de négociation, car l'heure d'été aux États-Unis a lieu deux semaines plus tard qu'en Europe (l'ouverture et la fermeture de Wall Street ont donc lieu une heure plus tôt ou plus tard).

Le code de l'indice sur les marchés américains est GSPC ou SPX. Il est parfois aussi appelé ^GSPC ou ^SPX.

[1] Le flottant est la partie du capital de la société qui peut être achetée et vendue sur le marché, c'est-à-dire les titres qui ne sont pas détenus par des États, des blocs de contrôle ou des actionnaires liés par des accords de consortium. La capitalisation du flottant est simplement le produit du nombre de titres flottants multiplié par les prix de ces titres.

"Ce matériel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement européen et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchés d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement au sens du règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marché (règlement sur les abus de marché) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement européen et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et règlement délégué (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de réglementation relatives aux modalités techniques de présentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggérant une stratégie d'investissement et pour la divulgation d'intérêts particuliers ou d'indications de conflits d'intérêt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-à-d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifié). L’ensemble des informations, analyses et formations dispensées sont fournies à titre indicatif et ne doivent pas être interprétées comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent, l’investisseur final restant le seul décisionnaire quant à la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations évoquées, et à cet égard toute décision prise relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilité exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées. Les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des résultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entièrement à ses risques et périls. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 81% de comptes d'investisseurs de détail perdent de l'argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque Limité, le risque de pertes est limité au capital investi."